/news/health
Navigation

Un oncologue à la défense de la chimiothérapie

Un oncologue à la défense de la chimiothérapie
Photo Facebook / Tout le monde en parle

Coup d'oeil sur cet article

De passage sur le plateau de Tout le monde en parle, le Dr Félix Couture, chef du service d'hémato-oncologie au CHUQ, s’est porté à la défense des oncologues et de la chimiothérapie alors que la pratique a été est remise en question depuis une semaine au Québec.

Le passage du Dr Félix Couture à l’émission Tout le monde en parle (TLMEP) était en réaction aux propos tenus la semaine dernière par la journaliste Josée Blanchette sur le plateau.

Cette dernière avait fait un plaidoyer pour arrêter de penser que la chimiothérapie est le seul traitement valable contre le cancer et défendu les traitements alternatifs contre la maladie comme le jeûne.

Cette remise en question du système de santé a soulevé les passions sur les réseaux sociaux et plusieurs ont décrié l’absence sur le plateau de l’émission d’un spécialiste de la santé pour venir expliquer le point de vue médical derrière les traitements de chimiothérapies.

Peu de temps après la diffusion de l’émission, le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, s’était porté à ladéfense des oncologues indiquant que leurs travaux étaient basés sur des données probantes.

Hier, le Dr Félix Couture a tenu à dénoncer l’étude sur laquelle s’est basée Josée Blanchette pour arriver à sa conclusion, la qualifiant de «mauvaise qualité».

Selon lui, les traitements de chimiothérapies dites palliatifs ont de bons effets sur les patients et plusieurs d’entre eux sont capables d’améliorer leur qualité de vie.

«Chaque cancer est particulier et évidemment chaque patient va choisir en fonction de leur valeur. Nous, on est là pour leur donner de l’information, les guider et les appuyer», a-t-il tout de même souligné.

Le Dr Félix Couture s’est quand même dit en faveur des traitements alternatifs seulement dans une perspective où le patient ne l'utilise pas pour remplacer la chimiothérapie. Il a averti que de prendre ces alternatifs n’allait pas au final régler le problème.

Il a tout de même avoué que les compagnies pharmaceutiques, qui avaient été dénoncées par Josée Blanchette, sont trop gourmandes et que d’ici quelques années, les coûts faramineux des traitements contre le cancer risquent de poser problème.

Le jeu compulsif

Également de passage à l’émission, Louis-Philippe Bertrand et Alain Dubois, de la coalition EmJEU sur les enjeux des appareils de loterie vidéo, ont plaidé en faveur des solutions pour venir en aide aux joueurs pathologiques.

Ces derniers ont affirmé que le gouvernement semblait ignorer les problèmes humains causés par le jeu compulsif et continuer d’encourager une telle pratique par l’entremise de Loto-Québec.

«Il y aurait les moyens de détecter les gens qui ont des problèmes de jeu [...]. Loto-Québec sait exactement les sommes d’argent qui sont dépensées et à quelle fréquence, mais ne s’en servent pas comme outil de prévention», a expliqué Alain Dubois.

Il a appelé à une saine gestion par l’État des jeux du hasard et de ne pas se déresponsabiliser envers le joueur.