/misc
Navigation

Québec solidaire tourne le dos au bien commun

Québec solidaire tourne le dos au bien commun
Photo JOEL LEMAY, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire refuse l'offre du nouveau chef du PQ de former une alliance électorale pour maximiser les chances de déloger le PLQ de Verdun. " L’état-major de Québec solidaire exclut tout pacte électoral jusqu’à nouvel ordre de ses membres. L’élection de M. Lisée à la tête du PQ n’y changera rien. « Il n’est pas question de faire des alliances électorales », a affirmé la responsable des relations publiques, Élise Tanguay. « C’est sûr, sûr, sûr. » Les membres de QS seront appelés à trancher sur la possibilité de conclure des « alliances électorales » avec d’autres formations politiques lors du prochain congrès, en mai 2017, a-t-elle précisé". -Le Devoir, 11 octobre.

Alors que QS s'insurge jour après jour contre le gouvernement du PLQ qu'il accuse d'être corrompu, sans gouvernail éthique, opportuniste et sans vision autre que celle de son maintien au pouvoir, voilà qu'à la première vraie occasion qui se présente pour le battre, il se défile (encore une fois) en invoquant une question de procédures internes. L'éthique politique la plus élémentaire, s'ils faisaient vraiment passer le bien commun en premier, commanderait pourtant aux dirigeants de QS d'ouvrir une discussion honnête avec le chef du PQ et la convocation rapide d'un congrès extraordinaire pour avaliser une attente, le cas échéant.

Mais, Lisée n'est sans doute pas assez à gauche aux yeux des dirigeants de QS; il le serait qu'ils ne l'avoueraient pas. Acharnés à démoniser le PQ, ils se montrent incapables de faire la différence entre le bien commun dont ils se gargarisent continuellement et leur ambition politique partisane. Lisée avance avec fermeté des propositions qui devraient pourtant trouver une oreille attentive chez eux: modification du système électoral vers la proportionnelle, renforcement de la loi 101 dans les petites entreprises, dépolitisation de la fixation du seuil d'immigration, adoption d'une politique contre le racisme, création d'une constituante nationale, retour à une politique de développement des CPE, hausse du salaire minimum à 15$, lutte à l'évasion fiscale.

Une lecture attentive des propositions de Lisée permettrait même d'allonger la liste des éléments qui témoignent clairement que le bien commun inspire ses politiques. Ces éléments rencontrent plusieurs attentes des membres de QS.  Mais clairement, les dirigeants de QS optent pour une position de repli sectaire et se refusent à une ouverture qui les camperait, avec plus de crédibilité que leurs seuls discours, du côté du bien commun. En se barricadant de la sorte, les leaders de QS tournent le dos au bien commun et facilitent la réélection du PLQ dans Verdun.