/sports/others
Navigation

Une manne olympique pour l'escalade et le centre Délire

David Trudeau escalade
Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

L’entrée de l’escalade aux Jeux olympiques de 2020 fait saliver le centre intérieur Délire qui procédait vendredi au lancement officiel de sa nouvelle section à son site de Sainte-Foy, un an et demi à peine après son ouverture.

Copropriétaire de Délire Escalade qui a d’abord connu du succès avec sa succursale de Beauport, Vincent Légaré répète à qui mieux mieux que l’agrandissement du centre de l’avenue Saint-Jean-Baptiste a été le fruit d’une forte réponse du public depuis son lancement, en avril 2015. L’inclusion de l’escalade au programme des Jeux de Tokyo donne encore plus de poids à la nécessité de cette expansion.

«L’engouement généré par l’achalandage nous a permis d’être capable de se permettre un agrandissement qui est orienté pour développer des athlètes», précise Vincent Légaré, à la barre de Délire Escalade avec ses associés Jean-François Beaulieu et sa conjointe Lisa Lajoie.

Un futur rose

Légaré prédit des années charnières pour le sport qu’il pratique depuis une vingtaine d’années avec cette bénédiction du Comité international olympique (CIO). Le surf, le karaté, le skateboard et le baseball figureront également parmi les nouvelles disciplines en 2020.

«Ça a un impact médiatique important. Les gens sont curieux de connaître l’escalade, et parmi les nouveaux sports aux JO, c’est celui qui est le plus underground, qu’on connaît le moins, avoue l’homme d’affaires. Ça nous met sous les projecteurs et ça génère de l’intérêt. Je crois que l’escalade est celui qui va le plus bénéficier d’une médiatisation olympique.»

Le travail de la Fédération internationale d’escalade et de son président Marco Scolaris au cours des dernières années a grandement contribué à l’obtention de ce statut, estime Légaré, qui a toujours cru au «potentiel olympique» de la grimpe. «Ce qui est impressionnant, c’est la vitesse à laquelle ce sport est devenu un sport olympique. Ça signifie que la Fédération internationale est très bien structurée, que la base du sport l’est tout aussi bien.»

Jeunes qui poussent

Les premiers bénéficiaires de cette nouvelle ère seront les jeunes, nombreux chez Délire Escalade à faire partie du centre d’excellence, qui forme l’élite. Âgé de 16 ans, David Trudeau a des yeux dans les étoiles en parlant de son nouveau rêve : représenter le Canada sous les anneaux.

«Depuis qu’on m’a expliqué comment ça allait fonctionner, c’est quelque chose, souligne le grimpeur de Charlesbourg, qui dit s’être fortement amélioré depuis un an. Je vais m’entrainer pour cela. Ce sera beaucoup de travail, mais si je continue et que je persiste, ça pourrait se produire.»

Le jeune homme a déjà annoncé ses couleurs en remportant le championnat canadien juvénile A, l’été dernier, pour mériter sa place aux Championnats du monde juniors qui auront lieu à Guangzhou, en Chine, du 7 au 13 novembre. Une place qu’il a toutefois été forcé d’abandonner en raison d’une fracture au doigt. Dans son cas, ce n’est assurément que partie remise.