/lifestyle/books
Navigation

Watership Down

Le roman de la semaine

Coup d'oeil sur cet article

Publié en 1972, ce premier roman de l’écrivain britannique Richard Adams s’est écoulé à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires. On peut maintenant en lire une traduction entièrement revue et corrigée qui assurera à tous de nombreuses heures de plaisir.

Hazel et son frère Fyveer, deux jeunes lapins qui ont encore beaucoup à apprendre de la vie, habitent un coin de campagne idyllique sur le point d’être entièrement rasé: sans se soucier un seul instant de la faune locale, des promoteurs immobiliers songent en effet à y bâtir sous peu des résidences modernes de grand standing. Doté d’un don de double vue, Fyveer pressent ainsi un danger imminent. Et lorsqu’il en fera part aux membres de la Hourda (un groupe de lapins plus âgés admirés de tous pour leur intelligence et leur vigueur!), même le chef de la garenne se gardera bien de prêter foi à ce genre de salades.

Accompagnés d’une poignée de lapins refusant de finir en civets, Hazel et Fyveer quitteront donc leurs collines verdoyantes dans l’espoir de trouver une nouvelle garenne où ils pourront grignoter des noisettes, se prélasser au soleil, fonder une famille ou jouer avec leurs petits en toute quiétude. Commencera alors une véritable odyssée truffée d’embûches et de rebondissements, la route menant vers Watership Down n’étant ni sûre ni balisée: entre les innombrables prédateurs naturels, les collets à lapin ou les fermiers capables de chasser plusieurs lièvres à la fois, les adorables héros de ce grand classique – qui pourrait prochainement faire l’objet d’une série coproduite par Netflix et la BBC – n’auront très bientôt que leur flair pour échapper au pire.

Un truculent roman dépassant le cadre de la littérature jeunesse que certains n’hésitent pas à comparer au Seigneur des anneaux.

Watership Down
Photo courtoisie

Richard Adams, Aux Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 544 pages

À lire aussi cette semaine

M pour Mabel

Incapable de se remettre de la mort de son père adoré, Helen tentera de combler le vide qu’il a laissé en faisant place à un vieux rêve: ayant toujours été fascinée par la fauconnerie, elle s’offrira en effet un jeune autour, l’un des oiseaux de proie les plus cruels et les plus difficiles à dompter. Un surprenant roman qui a reçu le Costa Book Award.

M pour Mabel
Photo courtoisie
Helen Macdonald, aux Éditions Fleuve, 395 pages

Le crime de Julian Wells

Toute sa vie durant, Julian Wells a enchaîné les récits macabres. S’il ne s’était pas tranché les veines, son prochain livre aurait d’ailleurs probablement porté sur Pedro López, le monstre des Andes. Désireux de comprendre ce qui a fini par pousser l’écrivain au suicide, un critique littéraire qui l’a jadis bien connu mènera – pour notre plus grand plaisir! – sa propre enquête. Un très bon Cook.

Le crime de Julian Wells
Photo courtoisie
Thomas H. Cook, aux Éditions Points, 336 pages

Carnet de l’apprenti écrivain

Un livre dont on ne pouvait faire autrement que de parler, puisqu’il propose pas moins de 300 exercices qui inciteront les jeunes à jongler avec les mots et à affûter peu à peu leur plume. Au fil des pages, ils devront ainsi faire le sanglant portrait d’un ami qui les a trahis, inventer des titres de polars ou raconter la chose la plus bizarre qu’ils aient faite... parce que c’est en écrivant qu’on apprend à écrire!

Carnet de l’apprenti écrivain
Photo courtoisie
Susie Morgenstern, aux Éditions De La Martinière Jeunesse, 300 pages

L’équipe qui ne devait pas gagner

Tous les fans de hockey aujourd’hui assez vieux pour avoir suivi la saison 1985-1986 se rappellent sûrement qu’à l’époque, personne n’aurait pu deviner que le Canadien finirait par remporter la coupe Stanley. Car avec un entraîneur recrue, un gardien de but débutant et plusieurs vétérans blessés, les conditions étaient loin d’être gagnantes... Le journaliste Richard Labbé raconte ce qui s’est passé.

L’équipe qui ne devait pas gagner
Photo courtoisie
Richard Labbé, aux Éditions de l’Homme, 288 pages

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.