/news/currentevents
Navigation

La réaction du recteur Brière arrive «un peu tard» selon Labeaume

La réaction du recteur Brière arrive «un peu tard» selon Labeaume
Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec estime que la direction de l’Université Laval a trop tardé avant de réagir aux nombreuses agressions qui ont eu lieu sur le campus en fin de semaine.

«Honnêtement, je trouve ça un peu tard», a exprimé Régis Labeaume, en mêlée de presse mardi après-midi, quelques minutes après un passage éclair du recteur Denis Brière devant les médias.

«On travaille avec l’Université, ce sont des partenaires pour nous, mais je suis obligé de dire que je trouve ça un peu tard», a répété le maire.

Le recteur est sorti de son mutisme plus de 72 heures après les faits. Dans la nuit de vendredi à samedi, un ou des individus se sont introduits par effraction dans les résidences de l’Université Laval. Des femmes auraient été agressées sexuellement. Une onzième plainte a été enregistré mardi matin.

Le maire de Québec déplore que la direction de l’Université n’aie pas apporté son soutien aux victimes. «Il y a des filles qui se sont fait agresser. Il faut qu’elles sentent du soutien rapidement. Ça peut juste venir des autorités. Je trouve que c’est un peu tard.»