/misc
Navigation

Quand tout le monde s’implique

Arizona Coyotes v Montreal Canadiens
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Après l’effet Jacques Demers, on a eu l’effet Carey Price!

L’autre soir contre les Penguins, le Canadien était crinqué à l’os par la présence de son dernier entraîneur à avoir gagné la coupe Stanley.

Il l’était pas mal aussi contre les Coyotes hier soir, avec le résultat que son gardien étoile a récolté sa première victoire à Montréal depuis le 22 novembre 2015.

Les troupiers de Michel Therrien ont passablement dominé ce match, même s’ils ont vu les Coyotes connaître quelques bons moments en deuxième période.

Tout le monde s’est impliqué. Pas moins de 12 joueurs ont noirci la feuille de pointage.

Quel match de Brendan Gallagher, qui a obtenu neuf des 43 tirs des siens.

Quel match de Shea Weber, qui a marqué son premier but avec le Canadien grâce à un boulet de canon en supériorité numérique.

Quel match aussi d’Alexander Radulov, qui a encore joué les généraux en zone ennemie...

Bonnes nouvelles

Pour revenir à Price, il a été pas mal moins occupé que ses vis-à-vis des Coyotes.

Il a concédé deux buts sur 29 tirs et accordé quelques retours de tirs.

On peut qualifier sa performance de très correcte pour un gars qui en était à son premier match de la saison... et qui vient de combattre une grosse grippe d’homme!

Le Canadien vient donc d’amasser sept points sur une possibilité de huit depuis le début de la saison, et ses succès pourraient bien se poursuivre puisqu’il semble pouvoir compter sur deux gardiens très fiables.

Al Montoya verra bien entendu moins d’action maintenant que le «bon dieu sur jambières» est de retour. Mais on sait qu’on pourra compter sur lui une fois de temps en temps quand Price aura besoin d’un congé, et c’est de bon augure.

Dans la LNH, le succès d’une équipe passe souvent par le gardien.

Dans ce contexte, ce que Montoya a accompli au cours des trois premiers matchs, et le retour en forme de Price, sont de très bonnes nouvelles pour le Canadien.

En tout cas, c’est la pression artérielle de Michel Therrien qui doit être au beau fixe...