/news/education
Navigation

Du nouveau pour les jeunes sportifs de l’école Vanier

Un projet d’infrastructure de 3 M$ a été inauguré en présence du maire et de la comédienne Guylaine Tremblay

Soutenu par de nombreux partenaires, le projet de 3 M$ a permis la construction d’un terrain synthétique multisports éclairé, d’une piste d’athlétisme, d’une aire de basketball, de gradins et d’un nouveau stationnement.
Photo: Courtoisie Soutenu par de nombreux partenaires, le projet de 3 M$ a permis la construction d’un terrain synthétique multisports éclairé, d’une piste d’athlétisme, d’une aire de basketball, de gradins et d’un nouveau stationnement.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec et divers intervenant ont mis le point final hier à une initiative qui changera à jamais le visage de l’École secondaire Vanier en inaugurant les nouvelles installations sportives de l’établissement.
 
Soutenu par de nombreux partenaires, le projet de 3 M$ a permis la construction d’un terrain synthétique multisports éclairé, d’une piste d’athlétisme, d’une aire de basketball, de gradins et d’un nouveau stationnement.
 
«On a viré l’école Vanier de bord, s’est réjoui Régis Labeaume. Il y a un an, il n’y avait rien derrière l’école, ni de clubs organisés. Depuis quelques années, plusieurs personnes ont décidé que ça ne se passerait plus comme ça et que ça allait changer à Vanier.»
 
Projet rapide
 
Poussé par le groupe Mobilisation Vanier, créé par d’anciens élèves, le projet a rapidement pris vie, au grand plaisir de tous. Porte-parole de ce groupe, la comédienne Guylaine Tremblay peinait presque à croire que le tout soit déjà complété, à peine deux ans après les premières discussions avec le maire.
 
«J’avais un petit doute, a admis celle qui a fréquenté l’école dans les années 70. Ce n’est pas parce qu’un politicien te dit quelque chose que ça va nécessairement arriver, mais je dois rendre hommage au maire parce que six mois plus tard c’était parti!»
 
Un modèle à développer

 
Le député de Vanier, Patrick Huot, a de son côté tenu à saluer l’implication de divers milieux dans le projet, une façon de faire qui devrait faire école selon lui. Que ce soit les différents gouvernements, les milieux des affaires, de la culture, du sport, de l’enseignement, tous ont mis l’épaule à la roue.
 
«C’est comme ça qu’une communauté doit s’impliquer pour faire une différence pour nos jeunes. Je suis convaincu que les gens vont le remarquer et que Vanier servira de modèle à travers la province», a confié le député libéral.
 
Le projet pourrait faire des petits à Québec même alors que le maire a semblé apprécier la méthode Vanier. «C’est un laboratoire très important ici parce qu’on voudrait aller plus loin avec ce genre de modèle pour des écoles dans des milieux plus défavorisés», a souligné le maire, confirmant avoir quelques établissements en tête actuellement.