/misc
Navigation

Nos pensées à Jacques Demers

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | La vie est parfois cruelle. Au moment où Jacques Demers semblait prendre du mieux, il est victime d’un malaise.

Le Canadien a bien fait de souligner le travail de son dernier entraîneur à avoir remporté la coupe Stanley, mardi, lors de son match inaugural.

L’espace d’une minute, on a revu le bon vieux Jacques, souriant comme toujours, quand il a remis le symbolique flambeau à Max Pacioretty.

Ce matin, on pense à lui...

Radulov épatant

Alexander Radulov n’en finit plus de ­recevoir des fleurs et c’est bien mérité.

José Théodore dit que c’est son coup de cœur. Michel Therrien vante le travail de son attaquant.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je suis bien d’accord avec eux.

Toute l’équipe semble énergisée par la combativité du Russe, à commencer par ­Tomas ­Plekanec et Arturri Lekhonen, qui complètent sa ligne d’attaque. Ils ont ­toujours de bonnes chances de marquer.

Vous avez vu la passe qu’il a servie sur le but de Phillip Danault, à travers la défense des Bruins? De toute beauté.

Direction Windsor ?

J’aime bien Mikhaïl Sergachev. Ça saute aux yeux qu’il a le hockey dans le sang et qu’un jour, il sera un joueur établi dans la LNH.

Le premier choix de l’équipe au dernier repêchage a montré de belles aptitudes quand il a été utilisé. Il a commis plusieurs petites erreurs aussi. Il semble hésitant parfois et il télégraphie un peu trop ses jeux.

En résumé, c’est un kid de 18 ans qui démontre plein de belles choses, mais qui ­semble manquer de confiance.

Par contre, ce n’est pas en jouant 10-12 minutes par match que Sergachev va s’améliorer, encore moins en sautant son tour comme il l’a fait hier contre les Bruins au profit de Greg Pateryn.

Comme ce dernier doit jouer lui aussi et qu’en cas d’urgence, on peut faire appel à Mark Barberio dans Ligue américaine, ne serait-il pas préférable que Sergachev retourne poursuivre son apprentissage dans la Ligue de l’Ontario?

Avec les Spitfires de Windsor, il serait sur la glace 30 minutes par match. Et des minutes de jeu, c’est ce que ça prend à un jeune joueur pour progresser...