/news/currentevents
Navigation

Université Laval: Thierno-Oury Barry accusé d'agressions sexuelles

Thierno-Oury Barry saura le 4 novembre s’il peut reprendre sa liberté ou rester derrière les barreaux

Thierno-Oury Barry
Courtoisie Facebook Thierno-Oury Barry

Coup d'oeil sur cet article

Le présumé agresseur de l’Université Laval a vu douze chefs d’accusation être portés contre lui, mercredi, et c’est le 4 novembre prochain que l’étudiant d’origine étrangère saura s’il peut ou non reprendre sa liberté.

En matinée, Thierno-Oury Barry a été amené dans la boîte des accusés du palais de justice de Québec pour faire face aux gestes qui lui sont reprochés et qui auraient été commis dans la nuit du 15 octobre.

Frêle, vêtu d’un manteau d’hiver foncé, le jeune homme de 19 ans est demeuré calme lorsque le procureur aux poursuites criminelles et pénales Me François Godin a indiqué qu’il s’opposait à la remise en liberté de l’accusé.

Me Godin a, par la suite, mentionné au tribunal que la preuve complète avait été remise à l’avocate de la défense Me Geneviève Bertrand, ce qui peut signifier qu’il n’y aura pas de nouvelles accusations portées contre l’étudiant ivoirien.

Trois catégories d’accusation

Les accusations déposées ont été divisées en trois catégories. Quatre chefs font état «d’introduction par effraction dans une maison d’habitation et y a commis une agression sexuelle» à l’égard de quatre présumées victimes âgées de 18 à 20 ans.

Deux accusations stipulent que le jeune homme «a tenté de commettre une introduction par effraction», alors que les six dernières parlent «d’introduction par effraction dans une maison d’habitation avec l’intention d’y commettre un acte criminel».

«La loi prévoit d’ailleurs une peine maximale d’emprisonnement à vie lorsqu’une personne s’introduit par effraction dans une maison d’habitation et qu’elle y commet un acte criminel.»

Remise en liberté

Sans présumer de la décision qui sera prise par le juge qui va entendre l’affaire, l’avocate de la défense a tout de même fait savoir, en sortant de la salle de cour, que bien que son client soit accusé de gestes graves, elle allait réunir, au cours de la prochaine semaine, des garanties pour tenter de convaincre le tribunal de le remettre en liberté.

«Il pourrait, par exemple, être dans l’obligation de déposer son passeport pour garantir sa présence à la cour», a dit Me Bertrand.

Dans la salle, il ne semblait pas y avoir des gens de l’Université Laval toutefois, le visage de l’ancienne animatrice Sophie Chiasson s’y trouvait, elle qui s’est dite «interpellée par la violence faite aux femmes».