/entertainment/music
Navigation

«L’étoile thoracique»: lumineuse Klô Pelgag

«L’étoile thoracique»: lumineuse Klô Pelgag
Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse Klô Pelgag a réalisé un rêve d’enfance en s’entourant d’un orchestre de 20 musiciens pour son nouvel album, L’étoile thoracique. Entre excentricité et mélancolie, la Gaspésienne revient, plus assumée que jamais.

«C’est quoi, le nom de ce dinosaure-là?» s’interroge Klô Pelgag en agrippant une des nombreuses figurines qui peuplent le Café Reine Garçon. Bien calée dans un divan bleu, entre un stégosaure dans un aquarium et des plantes grimpantes, la chanteuse revient sur le processus créatif unique de son dernier album. «J’ai toujours voulu travailler avec un orchestre. Ça fait partie de ce à quoi j’aspirais, de la manière dont j’ai toujours envisagé mes pièces», explique-t-elle entre deux gorgées de double allongé.

Liberté et passion

Engager autant de musiciens est un luxe dans une industrie de la musique aux budgets toujours serrés.

«C’est une liberté immense qu’on s’est donnée, un véritable acte de passion», affirme-t-elle de sa voix douce. C’est son frère «hyper doué», Mathieu Pelgag, qui a concocté les magnifiques orchestrations. «On a eu une seule journée avec l’ensemble. C’était super stressant, mais quand je les ai entendus jouer live, j’ai versé une larme. Discrètement, par exemple, parce que je suis pudique de la larme», laisse-t-elle tomber en riant.

En plus de son frère, Klô Pelgag a pu compter sur la fidèle présence de Sylvain Gabatine, qui a consacré six mois à la réalisation de l’album, à leurs côtés. «Quand on mixait à Paris, on avait besoin d’un son d’horloge. Sylvain est allé l’enregistrer et nous l’a envoyé le lendemain. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi dévoué», souligne-t-elle, sourire en coin.

Une année décoiffante

Avec sa chemise rose aux boutons en forme d’œil et son imperméable saumon, Klô Pelgag, au premier abord, ne donne pas l'impression d'être mélancolique. «Pourtant, je le suis vraiment. Je suis proche de mes sentiments et la musique est mon exutoire», confie-t-elle.

Trois ans passés sur la route, faits de hauts et de bas, ont donc laissé des fragments de chansons éparpillés et des mélodies inachevées dans la tête de la chanteuse. «La tournée, c’était dur, parfois. Quand j’ai fini, en décembre, j’avais vraiment besoin d’offrir autre chose, par respect pour moi-même», explique-t-elle.

Il en résulte cet opus coloré, où la Klô Pelgag exubérante, qui se déguise en fruit sur scène, explore dans ses paroles des thématiques douces-amères. «Il respire plus, cet album-là. Je m’assume plus, je suis plus à l’aise avec moi-même. Ça doit être la sagesse qui vient avec l’ââââge», lance-t-elle en riant, du haut de ses 26 ans.

L’album L’Étoile thoracique sera sur le marché le 4 novembre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.