/news/society
Navigation

Le cardinal Ouellet n’aurait pas été «tassé» par le Pape

Le mandat du cardinal sur la Congrégation venait tout simplement à terme, soutient l’Église de Québec

Ouellet
Photo AFP Le cardinal québécois Marc Ouellet n’aurait pas été rétrogradé par le Pape, selon l’Église catholique de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

C’est la fin de son mandat à la Congrégation pour le culte divin et non une rétrogradation du pape François qui aurait écarté le cardinal Marc Ouellet de cet organisme du Saint-Siège, selon le diocèse de Québec.

Le directeur des communications de l’Église catholique de Québec tenait à préciser hier que le mandat de cinq ans du cardinal venait tout simplement à terme, ce qui expliquerait son retrait du dicastère. «L’annonce des nouveaux membres se fait toujours sans qu’une liste des expirations de terme soit présentée», explique Jasmin Lemieux-Lefebvre.

Aucune division

Après avoir discuté de la situation avec ses homologues du Vatican, ces derniers ont confirmé à M. Lemieux-Lefebvre que les façons de faire pourraient être revues. «À l’avenir, ce sont des informations qui pourraient être partagées pour éviter que les malentendus mènent à l’utilisation de termes comme “tassé” ou “limogé”.»

Le représentant du diocèse de Québec tient par cette mise au point à rappeler la confiance qu’a le pape François envers Marc Ouellet, qui siège toujours dans 14 congrégations. «Le cardinal Ouellet et le Pape sont en communion. Il n’y a pas de division entre les deux, qui sont des alliés au sein de la curie», insiste Jasmin Lemieux-Lefebvre.

Ce dernier estime que si une scission entre les deux hommes de foi avait pu être observée, elle aurait été dévoilée dès l’entrée en poste du Saint-Père en 2013. «Le pape a fait le choix de garder Marc Ouellet dans sa garde rapprochée.»

À Québec pour y rester

Quant au cardinal Gérald Cyprien Lacroix, qui a pris du galon en obtenant sa place sur la Congrégation pour le culte divin, il n’est absolument pas question qu’il parte pour le Vatican. «Ces responsabilités sont normales pour un cardinal, et il continuera d’investir le meilleur de son temps et de ses énergies dans le diocèse de Québec.»