/news/politics
Navigation

Élections américaines: Couillard préfère Clinton

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo Simon Clark Le premier ministre Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Philippe Couillard préfère la candidate démocrate Hillary Clinton au républicain Donald Trump.

«Historiquement, les Québécois ont toujours été plus en synergie avec le Parti démocrate américain compte tenu des valeurs que ce parti véhicule», a-t-il déclaré mardi, alors que les Américains sont appelés aux urnes au terme d'une campagne présidentielle mouvementée.

Selon Philippe Couillard, les Québécois sont ouverts à la diversité et ne se reconnaissent pas dans le discours polarisant de Donald Trump à l'égard notamment de la population latino-américaine.

Le premier ministre du Québec est néanmoins conscient qu'il devra vivre avec le choix des électeurs américains.

Mais la préoccupation première de Philippe Couillard, c'est le protectionnisme que les deux candidats à la Maison Blanche ont manifesté au cours des derniers mois.

«Je pense immédiatement au dossier du bois d'œuvre, qui est pour moi le dossier actuellement le plus préoccupant à court terme», a-t-il insisté, à l'entrée de la réunion quotidienne des députés libéraux à l'Assemblée nationale.

Trump un «danger»

Le chef péquiste Jean-François Lisée préfère lui aussi Hillary Clinton au candidat républicain. «Ce serait dangereux si Trump était président des États-Unis, on entrerait dans une ère dangereuse, mais j'ai confiance que ce (mardi) soir, M. Trump ne sera pas élu». La sympathie du candidat républicain envers Vladimir Poutine préoccupe grandement le leader souverainiste.

François Legault craint pour sa part le discours protectionniste des deux candidats. «Évidemment, je pense que c'est encore plus inquiétant si c'était M. Trump, qui a l'air radical, qui veut même abolir l'ALENA, mais j'ai des inquiétudes aussi avec Mme Clinton», a soutenu mardi le chef de la CAQ.

Ce qui désole le député solidaire Amir Khadir, c'est que la plus grande puissance mondiale n'a «que M. Trump et Mme Clinton» à offrir à sa population pour succéder à Barack Obama. Il estime lui aussi que l'élection du candidat républicain constituerait un «danger» pour la planète.