/news/transports
Navigation

Démocratie Québec: le candidat à la chefferie François Marchand est contre le troisième lien

Le candidat à la chefferie de Démocratie Québec, François Marchand
Photo Stevens LeBlanc Le candidat à la chefferie de Démocratie Québec, François Marchand

Coup d'oeil sur cet article

L’avocat François Marchand, qui veut affronter Régis Labeaume aux prochaines élections, est contre un troisième lien routier Québec-Lévis.

Le candidat à la chefferie de Démocratie Québec a dévoilé sa vision du transport à Québec en point de presse. Elle est aux antipodes de celle du maire Labeaume qui est «dépassée» selon lui. «Moi, le troisième lien, je n’y crois pas. Je suis contre», a-t-il déclaré, se positionnant clairement sur cet enjeu.

« L’étalement urbain »

«Le cœur du problème, c’est l’étalement urbain. En élargissant des autoroutes ou avec un troisième lien, on va aggraver le problème. Les grands perdants, ce seront les gens de Québec qui vont être envahis de voitures qui viennent de plus en plus loin», a-t-il opiné.

Même s’il fait l’apologie du transport collectif, il juge sévèrement le projet de service rapide par bus (SRB) moussé par le maire. Les résidents de la région «méritent mieux», selon lui. Il prône le tramway électrique, un mode «beaucoup plus attrayant».

Laissez-passer universel

Pour lutter contre la congestion routière à court terme, il propose plutôt un bouquet de mesures comme le «laissez-passer universel» d’autobus pour les étudiants. Il s’engage à négocier avec l’Université Laval et les cégeps afin de garantir à tous les étudiants un accès illimité et à rabais.

M. Marchand propose aussi de revoir les horaires de cours et de créer un «Centre de gestion de la mobilité urbaine» qui assurerait à distance, en temps réel, le contrôle des feux de circulation pour une meilleure fluidité du trafic.

Il veut également commander une étude sur l’inversion du trafic, matin et soir, sur les ponts. Enfin, il entend mettre l’accent sur le covoiturage et accélérer le plan de réseau cyclable.