/news/provincial
Navigation

(PHOTOS/VIDÉO) Voici les nouvelles esquisses du Phare à la tête des ponts

Coup d'oeil sur cet article

Le mégaprojet Le Phare, sur le boulevard Laurier, a subi une transformation extrême. La tour principale en verre conservera ses 65 étages, mais sa forme triangulaire marque une rupture nette avec le concept initial du Groupe Dallaire.

Le promoteur Michel Dallaire n’était pas peu fier, mardi, de dévoiler au public cette version «évoluée» du Phare, élaborée en collaboration avec Alpha Architecture et Gensler, dont l’expertise dans la construction de gratte-ciel est reconnue mondialement.

Courtoisie Groupe Dallaire

Dans la vidéo promotionnelle présentée aux médias, on vante la signature architecturale «unique, élégante, invitante et inspirante» du Phare 2.0. Exit les voilures et la grande flèche au sommet de l’immeuble qui s’apparentait auparavant, selon plusieurs, à un luxueux hôtel de Dubaï.

La place publique extérieure sera deux fois plus grande que prévu et comprendra un miroir d’eau. En hiver, le miroir deviendra une patinoire. Le nouveau concept s’articule d’ailleurs autour de cette place centrale qui deviendra le «cœur» du futur complexe, lequel passe de cinq à quatre tours sans que la superficie totale en soit affectée.

Courtoisie Groupe Dallaire

Une salle de spectacle

Autre surprise: une salle de concert multimédia de 750 places se greffera au projet. L’artiste Steve Barakatt sera chargé du développement du contenu de cette nouvelle salle qui se veut «complémentaire» aux autres salles de la région.

Courtoisie Groupe Dallaire

«Si on veut créer un milieu de vie, qu’on veut donner une âme au projet, il faut l’animer et c’est ce qu’on a essayé de faire», a déclaré M. Dallaire, ajoutant que la notion de «live, work and play» est omniprésente dans le nouveau projet. L’ensoleillement et les vents ont été pris en considération pour élaborer cette nouvelle mouture du Phare.

«Le bâtiment qui est en triangle, c’est vraiment pour dégager l’ensemble de la place publique. Avec la forme des bâtiments, les vents sont évacués. On a réussi à créer une place publique qui ne sera pas venteuse», assure-t-il.

Courtoisie Groupe Dallaire

Construction prévue en 2017

Le promoteur espère que la Ville lui délivrera son permis rapidement pour amorcer le chantier au «début 2017». La phase 1, qui prévoit la construction du gratte-ciel, de la salle de spectacle et de la place publique, s’échelonnera sur quatre ans. Les autres tours suivront «en fonction de la demande», idéalement d’ici 2027.

Le Phare en chiffres

  • Projet de 650 Millions $
  • Deux millions de pieds carrés
  • 3000 résidents
  • 3000 travailleurs
  • La tour principale de 250 mètres (65 étages) comprendra 17 étages de bureaux, un hôtel de 150 chambres (au lieu de 300), 350 unités résidentielles locatives, 200 condos, un restaurant et un observatoire
  • La deuxième tour la plus haute, beaucoup plus imposante que prévu, atteindra une hauteur de 180 mètres au lieu de 110 mètres. Elle sera consacrée au résidentiel.
  • Au total, on prévoit 1100 unités résidentielles (les deux tiers en location, l’autre tiers en condo) dans les 4 immeubles
  • La construction de tout le complexe s’échelonnera sur 10 ans

Transport en commun: Dallaire prêt à intégrer le SRB à ses frais

Le Groupe Dallaire a offert au Réseau de transport de la Capitale (RTC) d’aménager à ses frais une station du futur service rapide par bus (SRB) qui se grefferait au complexe Le Phare sur Laurier.

«Ce n’est pas encore connu si le SRB arrivera sur la rue ou sous la rue...mais il est clair que le Phare sera connecté au SRB et on a offert au RTC d’aménager le terminus dans nos infrastructures», a indiqué le promoteur Michel Dallaire, citant l’exemple souterrain du «terminus central sous le 1 000 de la Gauchetière» à Montréal.

Le RTC n’a pas encore déterminé l’emplacement exact du pôle d’échanges mais il semble déjà acquis que Le Phare sera bien desservi. «À cause du volume, il va sûrement y avoir une station à côté», a affirmé le président du RTC, Rémy Normand.

Consultation publique: la population conviée en mars, selon Lemieux

La Ville de Québec risque de convier la population en mars à une consultation publique sur le projet du Phare. C’est ce qu’a laissé entendre mardi la conseillère Julie Lemieux.

«Même si ça dure plusieurs jours ces consultations-là, on va le faire. Il nous reste encore quelques devoirs à faire (d’ici là)», a-t-elle exprimé. La Ville va notamment produire des contre-expertises pour valider les études de circulation du Groupe Dallaire.

La demande de modification de zonage devra recevoir le feu vert final de la commission d’urbanisme mais elle ne pourra pas être soumise à un référendum. L’opposition à l’hôtel de ville accuse l’administration Labeaume de bafouer ainsi la démocratie en faisant fi de la hauteur maximale permise de 29 étages sur le boulevard Laurier.

Espaces à bureaux: le promoteur confiant de les écouler en 10 ans

Foi de Michel Dallaire, la Ville de Québec sera capable d’absorber, d’ici dix ans, les espaces à bureaux supplémentaires qui seront aménagés dans les quatre futurs tours du projet.

«Ce n’est pas tant différent de ce qu’on a fait, nous, sur le boulevard Laurier dans les 10 dernières années. C’est une offre équivalente. La Ville de Québec a une capacité d’absorption de 280 000 pieds carrés par année donc sur 10 ans, on est très confortables et on va suivre la demande.»

Le maire Régis Labeaume ne s’inquiète pas, quant à lui, de l’impact sur le réseau routier déjà congestionné. «On n’arrêtera pas le développement parce qu’on a des peurs pour la circulation. On va développer puis on va régler nos problèmes. Ça ne peut pas être la queue qui mène le chien.»