/news/politics
Navigation

Niqab et burqa durant les examens de conduite: Couillard contredit par ses ministres

Stéphanie Vallée
Photo d'archives, Simon Clark Stéphanie Vallée

Coup d'oeil sur cet article

Stéphanie Vallée et Laurent Lessard contredisent leur chef. Les ministres promettent que le projet de loi libéral sur la neutralité religieuse interdira le niqab et la burqa durant les examens de conduite.

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) a permis à des femmes vêtues d’un voile intégral de passer le test préalable à la délivrance du permis de conduire, a révélé notre Bureau parlementaire.

En mission au Maroc, le premier ministre Philippe Couillard n’a pas écarté la possibilité que cette pratique perdure, même après l’adoption du projet de loi 62.

Un avis que ne partage pas sa ministre de la Justice, pilote du dossier de la laïcité. «La prestation et la réception de services au Québec, c’est à visage découvert, parce que pour se connaître, encore faut-il être capable de se reconnaître», a réagi Mme Vallée à l’Assemblée nationale.

Loi nécessaire

«Il n’y a pas d’échappatoire dans le projet de loi 62, il n’y a pas d’échappatoire comme le brandissent les oppositions. Un moment donné, je pense qu’on doit prendre nos responsabilités comme gouvernement. On a déposé un projet de loi qui édicte clairement cette volonté de notre gouvernement d’assurer que la prestation et la réception des services soient à visage découvert», a-t-elle renchéri.

Selon la ministre Vallée, cette situation démontre justement le caractère indispensable de son texte de loi sur la neutralité religieuse de l’État.

Son collègue des Transports abonde dans le même sens. Le ministre Laurent Lessard assure qu’après l’adoption du projet de loi, les examens théoriques et pratiques de la SAAQ devront se faire à visage découvert.

L’opposition n’y croit pas

Mais l’opposition est sceptique. La députée péquiste Agnès Maltais croit que le projet de loi 62 ouvre au contraire toute grande la porte à des exceptions qui permettront ultimement à la société d’État de continuer d’accommoder les femmes qui veulent passer leur test de conduite vêtues d’une burqa ou d’un niqab.

L’élue de Taschereau estime qu’on doit mettre fin à cette pratique permise par la SAAQ. Selon Mme Maltais, la réaction de Philippe Couillard en dit long sur l’inutilité du texte de loi sur la neutralité religieuse de l’État. «Même le premier ministre a compris la même chose que nous!»

Même constat du côté de la Coalition avenir Québec (CAQ). «M. Couillard vient confirmer ce que nous vous disons depuis des semaines: ce projet de loi va permettre tous les signes religieux partout dans la fonction publique!» s’est insurgée la députée de Montarville, Nathalie Roy.

—Avec la collaboration de Régys Caron

Ce qu'ils ont dit

« L’objectif derrière le projet de loi 62, c’est d’assurer la neutralité religieuse de l’État, c’est de déclarer que la prestation de services et la réception de services se fera à visage découvert. »

— La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée

« Avec le projet de loi, [...] la position, c’est que tu vas passer ton examen théorique à visage découvert, pis tu vas passer ton examen pratique à visage découvert. »

— Le ministre des Transports, Laurent Lessard

« Les Québécois avaient compris du gouvernement qu’à l’avenir, il interdirait le niqab et la burqa dans les services publics. Dans les faits, l’exception est tellement large à son projet de loi qu’elle rend totalement inutile, totalement nulle l’interdiction. »

— La députée péquiste Agnès Maltais

« On pourra passer l’examen de conduite avec le visage couvert si on fait cette demande d’accommodement et ça, c’est inacceptable pour nous. On n’est pas en Arabie saoudite ici! »

— La députée caquiste Nathalie Roy