/news/currentevents
Navigation

Briseur de grève: les juristes de l’État réclament une enquête

Briseur de grève: les juristes de l’État réclament une enquête
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Les avocats et notaires de l’État québécois (LANEQ) qui sont en grève depuis le 24 octobre croient que l’Unité permanente anticorruption (UPAC) pourrait avoir utilisé du personnel externe comme briseur de grève et demande à Québec d’ouvrir une enquête.

«Selon les informations de LANEQ, l’UPAC a mandaté une avocate en pratique privée afin de la représenter dans le dossier de Cour portant le numéro 500-17-096099-166. Or, il s’agit là de tâches normalement exécutées par des avocats membres de LANEQ», ont-ils affirmé dans un communiqué jeudi.

Ils demandent plus précisément à la ministre du Travail, Dominique Vien, de demander à un enquêteur de faire la lumière sur cette situation.

LANEQ compte 1100 avocats qui oeuvrent dans l’ensemble des ministères et organismes du gouvernement du Québec. Ces juristes de l’État agissent notamment comme conseiller juridique et légistes auprès des ministres et participent à la représentation du gouvernement dans plusieurs tribunaux.

Ils demandent notamment un changement au mode de négociation de leurs conditions de travail, soutenu par un comité de rémunération qui procéderait à l’évaluation de la rémunération raisonnable, en tenant compte de la capacité de payer de l’État.