/news/politics
Navigation

Québec solidaire tend la main au PQ

Les militants du parti ouverts à une convergence pour déloger les libéraux du pouvoir en 2018

DM quebec solidaire-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard Accompagnée du co-porte-parole de Québec solidaire, Andrés Fonticella, Françoise David a exprimé le souhait de voir le parti «rallier les forces vives de la société québécoise», hier, à l’occasion du conseil national qui se tenait à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire ouvre finalement la porte à un rapprochement avec le Parti québécois dans l’objectif avoué de déloger les libéraux du pouvoir en 2018, une décision qui est applaudie par la députée péquiste Véronique Hivon.

Réunis en conseil national ce week-end à Québec, les militants de Québec solidaire ont donné le mandat à leurs dirigeants de travailler sur la voie de la convergence, répondant ainsi à l’invitation du chef du PQ, Jean-François Lisée. Le Parti québécois devra toutefois revoir certaines de ses positions pour que la main tendue le demeure.

«Allez-vous vous unir? La réponse est oui», a lancé d’emblée Françoise David au terme du conseil. «Oui, Québec solidaire veut rallier les forces vives de la société québécoise. Ces organismes, ces personnes engagées, les indépendantistes et même des partis politiques.»

Le PQ a parlé d’un nouveau pas franchi dans l’objectif de réunir sous une même bannière les forces souverainistes. «[...] Cela constitue un geste d’une grande importance pour l’avenir», a affirmé la députée péquiste Véronique Hivon, par voie de communiqué.

Pas à tout prix

Il ne faut toutefois pas s’attendre à voir Québec solidaire déroger de ses principes pour tasser à tout prix les libéraux.

«Dans les détails, on peut diverger, mais pas sur les principes. [...] Ce que nos membres nous ont dit, c’est qu’on ouvre des discussions avec des partis capables de partager avec nous un certain nombre de valeurs, mais sur lesquelles nous resterons très fermes», a insisté la porte-parole.

Fermes sur leurs positions

Parmi les règles d’or auxquelles les solidaires ne veulent en aucun cas déroger figurent la souveraineté inclusive, la fin de l’exploitation des hydrocarbures, le réinvestissement dans les services publics et l’affirmation féministe.

La proposition référendaire dans un premier mandat, balayée du revers de la main par Jean-François Lisée, pourrait poser problème dans un éventuel rapprochement entre les deux partis.

— Avec la collaboration de Roby St-Gelais

Françoise David réfléchit toujours à son avenir

Québec solidaire pourrait connaître de grands changements au cours des prochains mois alors que sa figure de proue, Françoise David, se dit toujours en réflexion quant à son avenir en politique.

La députée de Gouin et porte-parole du parti depuis 2006 a confié en marge du Conseil national ne pas être fixée sur sa présence aux prochaines élections. «Vous le savez, je suis toujours en réflexion. Ça ne durera pas éternellement, cette réflexion, je ne vous ferai pas languir trop longtemps», a promis Mme David, qui sera âgée de 70 ans au prochain scrutin en 2018.

Élection rapide

L’élue entend faire part de sa décision assez rapidement en raison de la fenêtre relativement courte avant la prochaine élection.

D’autant plus qu’une élection interne pour nommer les porte-parole du parti est prévue au prochain congrès en mai 2017.

«Il y a des décisions qui s’en viennent et je les annoncerai au moment opportun», a-t-elle ajouté, demandant aux membres des médias, et par le fait même aux militants, de faire preuve d’un peu de patience.

L’autre co-porte-parole de Québec solidaire, Andrés Fontecilla, est lui aussi en réflexion sur son rôle au sein de la formation politique.

Françoise David

  • Âgée de 68 ans
  • Co-porte-parole de Québec solidaire depuis 2006
  • Députée de Gouin depuis le 4 septembre 2012
  • Fait partie des trois députés élus par Québec solidaire avec Manon Massé et Amir Khadir