/news/health
Navigation

Le Cégep de Sainte-Foy inaugure son mini-hôpital

Un investissement de 850 000 $ permettra aux étudiants de faire des simulations d’urgence réelles

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Lors des simulations, les étudiants en inhalothérapie, en soins infirmiers et en soins préhospitaliers d’urgence apprennent à travailler avec d’autres types de professions.

Coup d'oeil sur cet article

Le Cégep de Sainte-Foy a inauguré son mini-centre hospitalier, le Centre S, des installations pour lesquels les investissements représentent 850 000 $ qui permettront aux étudiants des programmes de santé et de techniques humaines de développer leurs compétences avec des simulations de situations d’urgence très réelles.

Une zone d’urgence, une unité de soins, une zone de bloc opératoire et des mannequins intelligents de simulation; tout y est pour que les étudiants soient placés devant des situations critiques.

Lors des simulations, les étudiants doivent prendre en charge un patient avec une pathologie quelconque. Les simulations sont préparées, mais les étudiants n’en connaissent pas les détails. Ils doivent intervenir le mieux possible selon leurs connaissances.

«Ils sont immergés dans une situation où ils peuvent poser les gestes qu’ils désirent avec les conséquences qui s’y rattachent. Si les étudiants posent les mauvais gestes, il va y avoir des conséquences et c’est ce que nous verrons au débreffage», indique Bruno Pilote, professeur au cégep.

«Quand ils arrivent en milieu hospitalier, ils sont mieux outillés et avec plus d’assurance. Ils ont eu l’occasion d’exercer leur jugement clinique et leur gestion du stress aussi», enchaîne Carole Lavoie, directrice générale de l’établissement. Selon elle, les étudiants pourront ainsi vivre des situations critiques et complexes, pas toujours accessibles lors des stages en centre hospitalier.

Mannequins «intelligents»

Le Cégep dispose de plusieurs mannequins intelligents. Trois adultes, un bébé et un jeune enfant. Ils peuvent être programmés pour souffrir d’une panoplie de malaises. Ils peuvent même avoir la chair de poule, les pupilles dilatées et des tremblements.

Derrière un écran, les enseignants peuvent provoquer des problèmes respiratoires, une réaction à un mauvais traitement, faire parler les mannequins et même lui faire perdre la vie. En équipe et dans plusieurs disciplines confondues, les étudiants doivent intervenir en appliquant la matière vue en classe.

«Ça permet aux étudiants, comme lorsqu’ils seront sur le marché du travail, de travailler avec d’autres professionnels», fait valoir Mme Lavoie.

Centre S

  • Zone d’urgence
  • Unité de soins
  • Bloc opératoire
  • Plusieurs mannequins intelligents de simulation
  • Équipement audiovisuel pour l’évaluation des étudiants
  • Salle de débreffage