/news/green
Navigation

(PHOTOS) Une première tempête s'abat sur Québec

Coup d'oeil sur cet article

La première tempête de la saison a causé bien des maux de tête aux automobilistes de Québec, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de l’est du Québec, en plus de priver de courant des milliers de personnes.

L’imposant système dépressionnaire a déversé entre 15 et 30 centimètres de neige selon les endroits, alors que dans les secteurs montagneux de Charlevoix et de Portneuf, les accumulations ont pu frôler les 40 centimètres de neige.

Photo Aurélie Girard Agence QMI

Les conditions météorologiques ont compliqué la vie des automobilistes, mais aussi des conducteurs d’autobus du Réseau de transport de la Capitale qui ont accusé de nombreux retards, selon la porte-parole Julie Drolet. Des véhicules auraient même eu de la difficulté à gravir certaines côtes glacées et enneigées de la ville.

Interrogée à savoir si les autobus étaient munis de pneus d’hiver efficaces, Mme Drolet a indiqué que «le Code de la sécurité routière n’exige pas des transporteurs publics (...) que les autobus soient munis de pneus d’hiver en raison du poids et de la configuration des véhicules». Néanmoins, le Réseau s’assure que les pneus sont sécuritaires.

Photo Aurélie Girard Agence QMI

Pour sa part, le ministère des Transports a imposé, jeudi, des interdictions de circulation aux poids lourds sur la route 138, entre Beaupré et Forestville, en raison de la neige et de la chaussée glissante. D’ailleurs, dans le secteur de la côte de la Miche, à Beaupré, une trentaine de conducteurs ont été contraints d’immobiliser leurs poids lourds, en attendant la levée de l’interdiction.

Photo Aurélie Girard Agence QMI

Cafouillage dans les écoles

Si certaines commissions scolaires ont jugé bon de fermer certaines écoles, d’autres sont demeurées ouvertes malgré les pannes de courant et les conditions météorologiques périlleuses, donnant lieu à un certain cafouillage. C’est le cas notamment pour les établissements de la commission scolaire des Premières-Seigneuries. Seules la polyvalente de Charlesbourg et l’école secondaire Le Sommet ont été contraintes de fermer sur 41 établissements.

«Quand on a pris notre décision à 6 h du matin, il y avait un seul établissement où on avait une information de panne d’électricité et on prévoyait un retour pour 8 et 9 heures», a justifié la secrétaire générale, Martine Chouinard.

Photo Aurélie Girard Agence QMI

Labeaume et Shoiry réagissent

« La 40, c’est pas nous autres. Il faut que les gens comprennent qu’il y a des autoroutes provinciales [...] L’autre affaire, c’est pas parce que tu grattes que ça arrête de neiger. Puis, je dirais amicalement aux citoyens qu’ils aillent passer une petite tempête à Montréal. Puis, ils m’en reparleront pour le fun. »

— Régis Labeaume, maire de Québec

« Le maire avait une obligation de résultat. Malheureusement, on doit constater que la première chute de neige, c’est pas un succès [...] Ils sont tombés dans les mêmes problèmes que l’an dernier. Ils ont attendu trop tard pour sortir [les camions]. »

— Paul Shoiry, chef de l’opposition

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.