/lifestyle/books
Navigation

La vie après la mort plus divertissante que jamais!

La vie après la mort plus divertissante que jamais!
Photo courtoisie Jam Riephoff

Coup d'oeil sur cet article

David Safier, à qui l’on doit entre autres le scénario de la série Berlin, Berlin, revient à ses anciennes amours en ressuscitant le thème de la réincarnation.

Avec Maudit karma, l’écrivain allemand David Safier a indiscutablement signé­­ l’un des plus sympathiques romans publiés en 2008. Et encore aujourd’hui, on ne peut s’empêcher de sourire en songeant aux aventures totalement rocambolesques de Kim Lange, une populaire animatrice de talk-show qui, après avoir été écrabouillée par un lavabo tombé du ciel, se réincarnera en fourmi.

«Ce livre a eu un énorme succès et de nombreux lecteurs m’ont demandé s’il y en aurait bientôt un deuxième, explique David Safier, qu’on a joint la semaine dernière à Brême. Mais comme je ne voulais pas poursuivre avec Kim Lange – elle a eu sa leçon et je ne voyais pas trop quoi dire de plus à son sujet! –, j’ai mis près de huit ans à trouver une bonne histoire.»

Dans l’intervalle, il signera ainsi ­plusieurs romans – dont Sors de ce corps, William! ou Sacrée famille – avant d’avoir enfin l’idée de mettre en scène deux personnages... qui mourront en même temps! «Toujours maudit! n’est donc pas vraiment la suite de Maudit karma, puisqu’on va suivre cette fois les péri­péties de Daisy Becker et de Marc Barton, précise-t-il. En revanche, le message d’ensemble demeure inchangé: qu’on croie ou non en Dieu ou à la réincarnation, on gagne tous à devenir meilleurs en accordant par exemple davantage de place à l’altruisme et à l’entraide.»

Toujours les fourmis !

Contrairement à Kim Lange, Daisy Becker, 25 ans, n’a jamais brillé sous le feu des projecteurs. Sa dernière journée sur Terre sera d’ailleurs un peu à l’image de sa carrière ratée d’actrice: une succession d’emmerdes faisant apparaître au générique son goût prononcé pour les soirées arrosées, sa paresse légendaire, son égoïsme patent, son manque de discernement et sa fâcheuse propension à froisser ou à décevoir tous ceux qu’elle côtoie.

Son agent ayant in extremis réussi à lui dégoter un minuscule rôle dans le prochain James Bond aux côtés de Marc Barton­­, la superstar incarnant 007, Daisy parviendra de ce fait à se mettre à dos l’acteur le plus sexy de l’heure qui, entre nous, mériterait surtout l’Oscar de l’acteur le moins aimable de la planète­­!

«Même s’il m’est arrivé de travailler avec des comédiens franchement désagréables­­, je ne me suis pas inspiré d’eux pour créer les personnages de Daisy et de Marc, souligne David Safier. Je n’avais pas envie de retrouver plein de tomates écrasées sur ma maison!»

Du coup, lorsque ses nouveaux héros périront ensemble dans un accident de voiture, très peu de gens viendront pleurer sur leurs tombes. Et ce «très peu» n’a rien d’un euphémisme, puisque seuls Yannis, l’unique homme à avoir profondément aimé Daisy, et l’actrice Nicole Kelly, l’épouse ultra sexy et méga connue de Marc, seront réellement affectés par la disparition soudaine de ce tandem d’ingrats.

Ce que ces deux «ex» ne savent pas? Grâce à la généreuse contribution de Bouddha, Daisy et Marc ne tarderont pas à se réincarner en fourmis et avec leurs minuscules globes oculaires désormais composés d’une multitude de facettes, ils verront d’un très mauvais œil les sentiments qui ne tarderont pas aussi à unir leurs anciennes flammes...

Aux sources du bonheur

Accumuler du bon karma pouvant permettre aux pires d’entre nous de gravir un à un les échelons de la réincarnation – à titre d’indication, les Hitler et les Staline de ce monde reviennent habituellement sur Terre sous forme de bactéries du côlon! –, Daisy et Marc tenteront donc l’impossible pour s’amender et intégrer le plus vite possible des corps d’animaux susceptibles de les aider à mettre fin aux amours de leurs ex.

Une véritable course à obstacles qui nous offrira encore une fois l’occasion de rire à gorge déployée et de découvrir l’humour germanique. «Le plus drôle, dans tout ça, c’est que les comédies allemandes sont toujours considérées comme des oxymores, presque personne ne croyant à leur existence, indique David Safier. En ce qui me concerne, l’écriture humoristique m’a pourtant permis d’alléger un très lourd passé. Mon père ayant fait partie des survivants de l’Holocauste­­, je l’ai entendu toute ma jeunesse durant répéter que 99 % des gens étaient mauvais.»

Une statistique que Toujours maudit se chargera assez rapidement de démentir, les Allemands d’aujourd’hui étant apparemment plus ouverts aux pitreries et aux calembredaines!

Toujours maudit!
David Safier, aux Éditions 
Presses de la Cité, 268 pages
Photo courtoisie
Toujours maudit! David Safier, aux Éditions Presses de la Cité, 268 pages
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.