/opinion/columnists
Navigation

Comment punir un masochiste?

Coup d'oeil sur cet article

La vidéo de deux Françaises qui se voient refuser l’accès à un café on ne peut plus français, en banlieue de Paris, a mis bien du monde en rogne. Les deux femmes, munies de caméras cachées, se font dire que, dans ce café arabe, les femmes ne sont pas bienvenues. «Ma sœur, elle reste à la maison.»

J’ai visité de tels cafés au Moyen-Orient. Ils auraient bien besoin d’une présence féminine. Je ne vois pas ce qu’il y a d’attrayant pour des femmes dans ces tavernes, sans alcool ni musique, où il n’y a que des hommes, mal coiffés, mal rasés, qui louchent en silence dans leur verre de thé.

Protestations

La vidéo française a provoqué une tempête de protestations stridentes – et on le comprend. C’est une question de principe: les femmes, en Occident, ont le droit d’aller où elles veulent, en paix.

Pourtant, se faire «barrer» à la porte d’un bar – ou regretter d’y être entré – est aussi à la portée de tout Montréalais. Il y a des quartiers de Vancouver, de Winnipeg, comme de la plupart des villes d’Amérique, où il vaut mieux ne pas mettre les pieds si on n’est pas de la bonne tribu socioculturelle. Alors, quel est le problème?

C’est l’islam, évidemment.

Réaction tribale

Ce qui mène des bien-pensants à sauter la barrière de l’intolérance, c’est que «ces gens-là» viennent vivre «chez nous», mais refusent de vivre «comme nous.» Ils affichent «leurs» valeurs dans «notre» territoire.

C’est une réaction primaire, tribale, compréhensible. Mais...

Ce qui exacerbe la situation, c’est que l’Occident n’a pas trouvé la solution au défi que pose cette immigration musulmane qui s’affirme.

La réprimer, interdire ses manifestations, ses voiles, ses coutumes? C’est faire le jeu des extrémistes qui n’attendent que ça pour hausser le niveau des représailles.

L’Occident n’a pas résolu la charade: comment punir un masochiste sans lui faire plaisir?

À part, bien sûr, lui apprendre à pratiquer la tolérance...