/news/green
Navigation

Le Canada interdira l’amiante d’ici 2018

Amiante
© SHUTTERSTOCK

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Ottawa interdira, d’ici 2018, la fabrication, l’utilisation, l’importation et l’exportation de l’amiante au pays, a annoncé la ministre des Sciences, Kristy Duncan, jeudi.

L’utilisation de résidus d’amiante n’est toutefois pas visée par l’interdiction, ce qui permettra aux villes d'Asbestos et de Thetford Mines de conserver des dizaines d’emplois.

«C’est une journée historique, a d’abord signalé la ministre Duncan. Il s’agit de protéger la santé des Canadiens.»

«Nous connaissons les préoccupations du Québec, a-t-elle ajouté. Nous comprenons la longue histoire de l'industrie minière dans la province. Nous souhaitons être sensibles au développement économique.»

À Asbestos et Thetford Mines, des usines revalorisent les résidus d'amiante, afin d'en tirer notamment du magnésium.

Les dangers de l’amiante sont bien documentés, ont rappelé les quatre ministres présents lors de l’annonce qui a eu lieu au Centre de cancérologie de l’Hôpital d’Ottawa.

Le bannissement de l’amiante par le gouvernement fédéral sera concrétisé par une série de mesures.

Dans les prochains mois, l’interdiction sera inscrite dans la Loi canadienne sur la protection de l’environnement. Ottawa travaillera aussi de concert avec les provinces pour changer les codes du bâtiment. Les règles seront aussi resserrées afin de limiter les risques d’exposition au travail.

Malgré sa tristesse, Michelle Côté, la fille d’un travailleur décédé suite à une exposition prolongée à l’amiante, a accueilli l’interdiction comme un cadeau avant Noël.

«Mon père a perdu son combat contre le mésothéliome (une rare forme de cancer du poumon), a-t-elle dit, secouée par l’émotion. Dans ses dernières volontés, il avait exprimé le souhait que plus personne ne meure, à bout de souffle, comme lui.»

Une période de consultations sera mise en branle dès le printemps prochain en vue d’une interdiction de l’amiante d’ici 2018.

Les provinces et territoires, ainsi que des chercheurs, l’industrie et les syndicats seront mis à contribution.

Le Canada importe toujours des produits contenant de l’amiante, comme des matériaux de construction et des plaquettes de freins, a précisé la ministre Duncan.

Ces types de minéraux sont reconnus comme étant cancérigènes depuis 1987 par l'Organisation mondiale de la santé.