/news/education
Navigation

Finaliste parmi plus de 20 000 profs

Un Québécois pourrait être nommé le meilleur enseignant du monde et remporter un million de dollars

De gauche à droite, Alexis Labonté, Eliott Girouard, Michaël Aubin, Jean-Christophe Côté, Noé Girouard et Simon-Olivier Tessier, d’anciens et actuels élèves d’Yvan Girouard, se sont déplacés samedi pour une photo avec celui qu’ils espèrent voir gagner le prix du meilleur professeur du monde.
Photo ANNIE T. ROUSSEL De gauche à droite, Alexis Labonté, Eliott Girouard, Michaël Aubin, Jean-Christophe Côté, Noé Girouard et Simon-Olivier Tessier, d’anciens et actuels élèves d’Yvan Girouard, se sont déplacés samedi pour une photo avec celui qu’ils espèrent voir gagner le prix du meilleur professeur du monde.

Coup d'oeil sur cet article

Le meilleur professeur du monde pourrait être un Québécois. Finaliste d’un prestigieux concours, Yvan Girouard rêve de remporter la bourse d’un million de dollars pour réaliser ses projets les plus fous avec ses élèves et ceux des autres.

«J’ai des projets plein la tête, mais je sais que d’autres professeurs en ont aussi», lance Yvan Girouard.

Le «prof flyé» de l’École secondaire les Etchemins à Lévis fait partie des 50 finalistes du prix de l’Enseignant de la fondation Varkey pour l’année 2017.

Il a été sélectionné parmi plus de 20 000 autres enseignants provenant de 179 pays.

Cette récompense internationale d’un million de dollars souligne les réalisations d’un enseignant exceptionnel.

«J’ai tenu ma nomination secrète, mais le premier ministre Trudeau m’a félicité [cette semaine] sur Twitter [d’être parmi les finalistes], alors j’ai partagé la nouvelle avec mes élèves», confie le professeur de sciences de quatrième secondaire.

Il rêve d'une mini-serre

L’homme de 54 ans rêve de lancer un projet de mini-serre dans 45 écoles primaires de Québec pour initier les jeunes non seulement aux sciences, mais aussi à l’entrepreneuriat.

«Je n’ai pas besoin d’un million de dollars. Avec 100 000 $, je serai capable de réaliser ça», assure celui qui veut partager le reste de l’argent avec les autres finalistes. Ses réalisations à titre de professeur lui ont déjà valu plusieurs reconnaissances.

L’an dernier, il a reçu le Prix du premier ministre du Canada pour l’excellence dans l’enseignement.

Il s’est aussi fait remarquer dans les pages du Journal en 2012, dans notre palmarès des meilleurs profs du Québec.

Un musée en classe

M. Girouard l’admet, il n’est pas un professeur comme les autres. Il a transformé sa classe en véritable musée de la science, si bien que d’autres écoles organisent des visi­tes pour découvrir son impressionnant local.

«Je passe plus de temps à l’école qu’à la maison. Je veux que ce soit stimulant, que ce soit concret pour les élèves», dit celui qui a apporté des pièces de sa collection personnelle pour décorer sa classe.

Ainsi, une centaine d’animaux empaillés ornent son local, les murs sont tapissés d’affiches et un aquarium géant abrite des poissons.

M. Girouard saura en février s’il passe la prochaine étape de sélection des 10 derniers finalistes. Le gagnant sera connu en juin, lors d’un forum qui se tiendra à Dubaï.

Deux autres enseignants canadiens font aussi partie des finalistes.

Ce qu’ils ont dit

«C’est exceptionnel, qu’il soit dans les 50 meilleurs enseignants du monde, surtout lorsqu’on sait qu’il y a eu plus de 20 000 inscriptions» 
– François Sylvain, directeur de l’École secondaire les Etchemins.
 
«C’est impressionnant, mais je ne suis pas surpris parce qu’Yvan est toujours disponible pour ses élèves. Tous les midis, il ouvre son local pour qu’on vienne lui poser des questions. C’est un excellent professeur»
 – Jean-Christophe Côté, ancien élève d’Yvan Girouard
 
«C’est un enseignant qui marque tout le monde. Il est exigeant, mais amusant, et c’est ce qui le démar­que des autres»  
– Alexis Labonté, ancien élève d’Yvan Girouard