/entertainment/tv
Navigation

Les charmes de Québec à la télévision coréenne

L’épisode de la série Goblin a été vu par près de 15 millions de téléspectateurs

Coup d'oeil sur cet article

Pour la ville de Québec, c’est une visibilité monumentale. Tourné dans la capitale en octobre dernier, le premier épisode de Goblin, la série télévisée la plus populaire en Corée du Sud, a fracassé tous les records d’assistance en rejoignant près de 15 millions de téléspectateurs le 2 décembre.

Et ce n’est pas fini. Lorsque la série sera traduite afin d’être présentée au Japon, à Hong Kong et possiblement en Chine, c’est un auditoire potentiel de 500 millions à un milliard d’Asiatiques qui verra les héros de Goblin, en particulier la mégastar sud-coréenne Gong Yoo, déambuler dans les rues des quartiers historiques de Québec.

Mais tout cela a un prix. Pour attirer cette grosse production chez nous, Destination Canada, un organisme fédéral dont la mission est de promouvoir le tourisme, a débour­sé 600 000 $.

Partenaires locaux

Des partenaires locaux ont aussi contribué. Air Canada et le Château Frontenac ont investi environ 200 000 $ chacun, selon le délégué commercial de l’Office du tourisme et des congrès de Québec, Michel Carmichael.

Le jeu en vaudra-t-il la chandelle? M. Carmichael est persuadé que oui.

«L’investissement n’est pas élevé compte tenu de tout ce qu’on a fait autour de la série. Plusieurs grossistes en voyages coréens sont venus ici pour voir où se situent les lieux de tournage, afin de les identifier sur une carte. Ils sont en promotion auprès de leur clientèle actuellement et on s’attend à voir beaucoup de Coréens en 2017, autant en hiver qu’en été.»

Selon Anna Lee, la responsable du bureau de Séoul de Destination Canada, les téléspectateurs ont bien réagi après avoir vu l’épisode québécois de Goblin sur la chaîne tvN.

«De nombreux fans de la série parlent de Québec sur les réseaux sociaux. Tout à coup, on sent un intérêt pour Québec, une ville que les Coréens ne connaissaient pas auparavant.»

Aux dires de Michel Carmichael, on cherche à créer un effet similaire à celui qui avait incité les fans de la trilogie de films Le seigneur des anneaux à aller visiter les lieux de tournage en Nouvelle-Zélande.

Vancouver, Toronto et Montréal ont aussi été prises en considération pour le tournage. Québec, dit Anna Lee, a été choisie pour son cachet historique, qui se mariait bien avec l’intrigue de Goblin, articulée autour d’un personnage immortel âgé de près de mille ans.