/news/society
Navigation

Sécurité rehaussée au Marché de Noël de Montréal

Deux blocs de béton ont été installés pour bloquer l’accès aux véhicules

Murêts marché de Noël
PHOTO PIERRE-PAUL POULIN Deux blocs de béton ont été installés à l’entrée du Marché de Noël, au croisement des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine, au cœur du quartier des spectacles.

Coup d'oeil sur cet article

Montréal n’est pas à l’abri d’un attentat comme celui qui a fait 12 morts lundi dans un marché de Noël de Berlin en Allemagne, croit une experte en terrorisme, qui estime nécessaire de rehausser la sécurité dans les lieux publics de la métropole.

«Scientifiquement, on sait que l’imitation dans le terrorisme, c’est très fort. Les évènements de Berlin montrent bien que quelqu’un a imité Nice. Alors, c’est une bonne idée de prendre des précautions», estime Janine Krieber, spécialiste en sécurité.

Lundi, une attaque au camion-bélier revendiquée par l’État islamique a tué plus d’une dizaine de personnes en plus d’en blesser 48 autres dans un marché de Noël extérieur de la capitale allemande, quelques mois après un incident similaire, à Nice, en France.

Moins de 24 heures plus tard, le Grand Marché de Noël de Montréal à la Place des Arts a installé deux blocs de béton à l’entrée au croisement des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine, sous les recommandations du SPVM, afin d’empêcher toute attaque à l’aide d’un véhicule.

Des mesures similaires avaient d’ailleurs été mises en place dans la métropole après l’attaque de Nice, en juillet.

Aucune inquiétude

Selon les organisateurs, le Grand Marché de Noël a attiré non loin de 125 000 personnes au cours du week-end dernier. Mardi soir, les commerçants et nombreuses familles qui ont bravé le froid glacial sur le site du marché ne semblaient pas inquiétés par les évènements de Berlin.

«Ça peut arriver partout, mais je n’ai aucune crainte, assure le commerçant Alain Schenkeveld, installé dans une cabane aux couleurs du restaurant Europea. Je trouve tout de même que c’est bien d’avoir réagi rapidement là-dessus par contre. Les entrées sont contrôlées.»

Un autre commerçant, croisé plus loin, dit n’avoir pas du tout pensé qu’un tel attentat pourrait survenir à Montréal, même s’il dit avoir remarqué un moins grand achalandage mardi. «On ne se sent pas concernés. Mais ils ont très bien fait de sécuriser le Marché», estime Martin Vaugeois, qui vend des bas de Noël.