/news/politics
Navigation

Le SRB comme héritage

Le maire Labeaume veut régler le dossier du transport collectif

Régis Labeaume espère avoir bouclé le financement du service rapide par bus avant le déclenchement des prochaines élections municipales.
Photos Stevens LeBlanc et d'archives Régis Labeaume espère avoir bouclé le financement du service rapide par bus avant le déclenchement des prochaines élections municipales.

Coup d'oeil sur cet article

Pour le maire de Québec, le SRB est au sommet des grandes priorités. Régis Labeaume en fait une affaire personnelle. Quant au troisième lien, il ne figure pas sur la liste.

«C’est pas vrai que je vais finir mon passage en politique municipale sans avoir réglé le dossier du transport collectif.»

En entrevue éditoriale, mercredi, le maire de Québec a martelé son intention d’aller de l’avant avec le service rapide par bus (SRB). «Je veux mon SRB.» Même qu’il espère que le financement du projet sera bouclé avant le déclenchement des prochaines élections municipales. «Si (le gouvernement) paie 100 %, je vais signer demain matin. Si je ne l’ai pas réglé avant, je vais aller chercher un très gros mandat.»

Après les Fêtes, son administration se fera un devoir de réexpliquer le projet, de même que le tracé choisi, qui ne fait pas l’unanimité. «On va vous faire des dessins.» Les deux autres dossiers au sommet de la pile sont l’élargissement d’Henri-IV et de Laurentienne.

Troisième lien non prioritaire

Quant au troisième lien, «c’est pas ça, ma priorité», lâche-t-il, sachant qu’il y a des limites au nombre de projets qu’il peut soumettre aux gouvernements supérieurs. Il dit entendre aussi le discours des citoyens de Québec qui ne voient pas l’utilité de payer pour un nouveau pont ou tunnel. Mais selon lui, Québec n’aura pas d’autre choix que d’aider les gens de Lévis à traverser le fleuve. «C’est notre avenir économique qui est en jeu.»

Sauf que ce n’est pas demain la veille que ce projet se concrétisera. «Je vais probablement être mort. [...] Il y en a qui pensent que ça va être fait dans deux ans. Atterrissez, là.»

Solution à la tête des ponts

Pour lui, le réaménagement des voies à la tête des ponts réglerait une grande partie du problème parce que la congestion se présente principalement à l’approche des deux structures. «Il faut commencer par l’entrée et la sortie des ponts. La logique, c’est ça.»

Si le gouvernement n’a pas bougé dans ce secteur, c’est que «certaines personnes ne croient pas qu’il y a du trafic à Québec», assène le maire.

Fatigué de répondre aux questions sur le troisième lien, il renvoie la balle dans la cour du ministère des Transports. «On leur a dit que c’est leur job. Je veux que le ministre des Transports nous donne un programme qui nous mènera à un troisième lien.»

Ce que le maire Labeaume pense...

...de l’inclusion de Lévis dans le tracé du SRB

«On a été extrêmement généreux là-dedans. Quand on a accepté que le SRB serait métropolitain, on a accepté que le projet coûterait plus cher et qu’il serait retardé. On pensait que c’était une bonne idée.»

...du délai de réalisation d’un troisième lien

«Le ministère des Transports en a pour des années à travailler sur le troisième lien. Arrêtons de rêver en couleur. On se conte des histoires à Québec, on est ben bons là-dedans.»