/world/usa
Navigation

Des touristes québécois soulagés d’être de retour de la Floride

Coup d'oeil sur cet article

Des voyageurs québécois habitués à se rendre Floride ont été secoués par l’attentat de Fort Lauderdale, mais pas assez pour les dissuader d’y retourner.

La famille Lord était à bord d’un bateau de croisières lorsque s’est répandue la nouvelle de la fusillade du Terminal 2 de l’aérogare de Fort Lauderdale.

«On avait très peur. Savoir que tu vas dans cet aéroport le lendemain et qu’il y a eu plein de morts, c’était effrayant», raconte Jessica Lord, une adolescente de Blainville tout juste arrivée à Montréal en provenance de Fort Lauderdale.

Craintes et armes

Cela n’est pas assez pour décourager son grand-père, Fernand Lord, de retourner dans la destination soleil. Comme la plupart des touristes rencontrés à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau au lendemain de l’attaque, il croit que les États-Unis demeurent un pays sécuritaire.

«C’est le hasard. Ça aurait pu arriver n’importe où, même ici, dans le métro», tempère-t-il.

Certains touristes de retour à Montréal ont tout de même exprimé des craintes au sujet de la libre circulation des armes chez nos voisins du Sud.

«La fusillade m’a rendue un peu anxieuse», admet Maria Scarponi, une touriste québécoise de 55 ans qui se rend en Floride chaque année.

«On aurait pu être dans l’aérogare à ce moment-là», renchérit son conjoint Claude Brind’Amour.

Surtout que ce terminal, utilisé par la compagnie Air Canada, est bien connu des voyageurs montréalais. C’est là que Sylvain Racine et sa famille se réunissent habituellement lorsqu’ils débarquent en Floride, ce qui se produit une fois par année.

«Je trouve ça ridicule, la culture des armes aux États-Unis, je trouve qu’ils sont fous avec ça», commente le père de famille de Blainville qui revient d’une semaine à Fort Lauderdale.

Comme les autres voyageurs rencontrés, il ne croit toutefois pas que l’attaque lui fera changer ses habitudes de voyage en Floride.

Au Canada, Transports Canada permet de transporter en soute certaines armes à feu, à condition qu’elles soient correctement déclarées, déchargées et verrouillées par un mécanisme.

Confusion

Les touristes arrivés de Fort Lauderdale samedi ont raconté au Journal la confusion qui régnait au moment du départ dans des terminaux sous haute sécurité.

«On a attendu plus d’une heure et demie juste pour enregistrer les bagages. Il y avait plein de policiers avec des armes automatiques», décrit Michelle Landry, qui voyage avec ses deux enfants Henri et Charlotte.

«C’était très énervant d’être proche de tout ça», dit-elle, soulagée d’être de retour.

Les vols d’Air Canada en provenance de Fort Lauderdale ont été annulés durant la majeure partie de la journée avant de reprendre en soirée. La compagnie indique avoir déployé de plus gros appareils pour transporter ses clients dont les vols ont été annulés.

Les vols de WestJet et d’Air Transat à destination de Montréal ont aussi été retardés de plus d’une heure, samedi après-midi. Les vols de SunWing sont pour leur part arrivés à l’heure.