/world/usa
Navigation

Dix heures d’attente pour des Québécois

Dix heures d’attente pour des Québécois
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Bloqués pendant 10 heures à l’aéroport de Fort Lauderdale, de nombreux Québécois devront attendre au moins jusqu’à lundi pour revenir au pays et ils ignorent encore quand ils récupéreront leurs bagages. Ils sont des dizaines à tenter de revenir à Montréal après avoir vécu un des pires moments de leur vie.

Retour en jet privé

Dix heures d’attente pour des Québécois
Photo courtoisie

Traumatisés par les scènes de panique qu’ils ont vues, Alexander Schieske et sa famille rentreront en jet privé à Montréal mardi.

«Il y avait quatre enfants avec nous. Ils ont vu des gens s’évanouir, des gens avoir des coups de chaleur, des gens pleurer. Ils ont eu très peur», explique l’homme de 40 ans.

La famille de M. Scieske a vécu près de 10 heures d’angoisse à l’aéroport (photo ci-contre). Un membre de la famille a décidé de les faire rentrer en jet privé pour éviter de faire revivre de lourds moments aux jeunes enfants.

En mode survie
 
Dix heures d’attente pour des Québécois
Photo courtoisie

Johanne Berry ne sait pas si elle récupérera ses bagages, mais elle veut rentrer à Montréal le plus rapidement possible.

«Il se passera ce qui doit se passer avec mes bagages, le plus important pour moi c’était de sortir vivante de cet aéroport-là», confie la Montréalaise. 

Un « lift » à Yvon Lambert

Dix heures d’attente pour des Québécois
Photo courtoisie

L’angoissante attente à l’aéroport de Fort Lauderdale s’est terminée sur une note positive pour un couple de Québécois qui a pu passer quelques heures avec l’ancien joueur du Canadien Yvon Lambert.

«On a été laissés à nous-mêmes une fois qu’on est sortis de l’aéroport, alors je lui ai proposé d’embarquer avec nous», raconte Martial Royer, un Québécois qui a offert de ramener Yvon Lambert et sa femme au condo où ils avaient séjourné pendant les Fêtes.

La journée riche en émotions s’est finale­ment terminée sur quelques anecdotes de hockey.

«Ça nous a fait du bien de pouvoir parler d’autre chose après tout ce qu’on avait vécu», confie-t-il.

Rouler ou attendre
 
Dix heures d’attente pour des Québécois
Photo courtoisie

Catherine J. Lalonde a attendu des heures au téléphone pour remplacer son billet afin de rentrer plus rapidement à Montréal.

«On a le choix entre faire de la route pour aller dans un autre aéroport ou attendre notre tour pour un vol direct», dit-elle.

Elle a réussi à trouver un siège à bord d’un avion qui décollera mardi matin.

En bottes d’hiver à 32 degrés

Dix heures d’attente pour des Québécois
Photo courtoisie

L’ancien joueur du Canadien Yvon Lambert et sa femme resteront quelques jours de plus que prévu en Floride pour se remettre de leurs émotions.

Le couple était prêt à affronter l’hiver québécois, si bien que sa femme s’est retrouvée en bottes d’hiver alors qu’il faisait 32 degrés en Floride.

«Elle avait tout laissé dans ses bagages. Elle s’était dit que c’était plus simple d’être déjà en manches longues, pantalon et bottes», mentionne le hockeyeur. Samedi, ils tentaient de trouver une place d’ici la fin de la semaine pour revenir à Montréal.