/entertainment/celebrities
Navigation

Un départ qui se fait toujours sentir

À pareille date l’an dernier, René Angélil perdait son combat contre le cancer

CélineDion061 rené angélil
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

René Angélil s’est éteint le 14 janvier 2016. Un an plus tard, le gérant semble toujours aussi proche de Céline Dion. Son départ se fait toutefois sentir à quelques égards.

Journaliste et animateur ayant suivi le parcours du clan Dion-Angélil au cours des dernières décennies, Mike Gauthier remarque une différence marquée dans la façon que l’interprète approche les médias sociaux. Céline Dion est effectivement beaucoup plus active sur Twitter, Instagram et Facebook depuis 12 mois. En plus de publier des photos de famille, la diva partage des moments privilégiés, comme des portions de concerts en direct. C’est notamment ce qu’elle a fait quand elle est remontée sur scène à Las Vegas en février, un mois après la mort de René Angélil.

CélineDion061 rené angélil
Photo d'archives

«Avant, c’était plus corporate, dit Mike Gauthier. Céline Dion utilisait les réseaux sociaux à des fins commerciales, pour mentionner la sortie d’un nouvel album, etc. Aujourd’hui, c’est différent. Elle ­montre des choses plus privées, comme une visite à Walt Disney avec ses fils.»

Auteur de Céline & René: un amour plus fort que la mort, un ouvrage paru plus tôt cette semaine aux éditions L’Archipel, Jean Beaunoyer note que plusieurs changements avaient commencé à s’opérer avant la mort de René Angélil, comme l’arrivée d’un nouveau directeur musical, Scott Price. Le recrutement de Law Roach, le styliste derrière le fameux coton ouaté du Titanic, l’un des moments mode de 2016, représente parfaitement ce vent de renouveau.

«On dirait que Céline Dion s’est rapprochée d’une nouvelle génération. Son style est moins conservateur», précise M. Beaunoyer.

Passation de pouvoirs

En entrevue au Journal le mois dernier, Céline Dion disait encore sentir la présence de René Angélil, l’homme avec qui elle a partagé les trois dernières décennies. On voit ici le couple avec ses jumeaux, Eddy et Nelson Angélil,  aujourd’hui âgés de six ans.
Photo d'archives
En entrevue au Journal le mois dernier, Céline Dion disait encore sentir la présence de René Angélil, l’homme avec qui elle a partagé les trois dernières décennies. On voit ici le couple avec ses jumeaux, Eddy et Nelson Angélil, aujourd’hui âgés de six ans.

La passation des pouvoirs entre René Angélil et Aldo Giampaolo, qui gère ­désormais la carrière de Céline Dion, s’est effectuée sans heurts, indique Dany ­Bouchard, qui signe René, l’homme qui ­savait rêver, un ouvrage paru en février dernier aux ­éditions du Journal de Montréal.

«René Angélil était connu pour son sens de l’organisation, sa façon de ne laisser échapper aucun détail. De toute évidence, il avait très bien planifié la suite des choses», déclare le journaliste.

Au cours des 12 derniers mois, chaque apparition médiatique de Céline Dion s’est déroulée sans anicroche, révélant une chanteuse en grande forme et très bien préparée, comme à l’époque où René Angélil était aux commandes, souligne Dany Bouchard. «Oui, Aldo Giampaolo dirige les opérations comme René l’aurait fait, mais Céline, assurément, sait exactement ce qu’elle doit faire et ce qu’elle a envie de faire», indique-t-il.

À travers ces changements, l’empreinte de René Angélil est donc toujours présente. Un constat peu surprenant, surtout quand on sait qu’en entrevue au Journal de Montréal en décembre, Céline Dion disait encore lui parler. «René n’est pas à côté de moi; il est avec moi», nous avait-elle confié.