/sports/others
Navigation

Défaite émotive pour Marie-France Larouche

Défaite émotive pour Marie-France Larouche
Photo d'archives / le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

LÉVIS |  Le scénario espéré de Marie-France Larouche ne s’est pas réalisé aux championnats québécois de curling, la skip de Lévis subissant un revers de 7-4 en grande finale contre l’équipe d’Ève Bélisle.

Larouche visait un deuxième titre provincial d’affilée à ce tournoi disputé à l’aréna de Lévis. Affilié au club Etchemin, de Saint-Romuald, elle jouait devant son monde. Mais une sortie ratée au deuxième bout, qui a donné trois points à ses adversaires, a miné les chances de réussite en partant.

«Je n’ai pas manqué un take-out comme ça de la semaine et je l’ai manqué là. Ce n’est pas terrible. On aurait pu revenir, mais elles ont mieux que nous. Si on avait été capable de le mettre de la pression plus rapidement, on aurait eu une chance. Mais avec leur grosse avance, c’était plus facile [pour elles] d’enlever les pierres», analysait la joueuse de 36 ans après le match.

Larouche a versé quelques larmes en revenant sur le résultat. Pour l’heure, elle ne pouvait dire si elle allait de nouveau former une équipe avec ses partenaires Annie Lemay, Brenda Nicholls, Julie Rainville et Amélie Blais pour l’an prochain.

«On va laisser retomber la poussière et on va s’asseoir. J’adore les filles avec qui je joue, mais on ne peut pas mettre autant de temps qu’on voudrait pour performer comme on voudrait, alors pourquoi s’investir autant? C’est dur et ça fait partie des questionnements», a admis avec des trémolos dans la voix cette enseignante en éducation physique et mère de deux jeunes enfants.

«Un gros show»

C’était la deuxième fois de la semaine, après celle de vendredi, que le quatuor mené par Bélisle s’imposait devant celui de la favorite locale. La Montréalaise jubilait de retourner au Tournoi des Cœurs, le championnat canadien, pour la première fois depuis 2010. Le tournoi aura lieu à St. Catharines, en Ontario, du 18 au 26 février.

«On va faire de notre possible et du mieux qu’on peut pour représenter avec fierté la province de Québec», a-t-elle lancé à la foule.

«Nous, c’est vraiment pour ça qu’on joue au curling. Le Scotties, c’est un gros show et on est traitées comme des princesses toute la semaine. J’ai vraiment hâte d’y retourner. Ce sera difficile, mais on espère faire les playoffs (quatre meilleures équipes)», a souligné Bélisle, une programmeuse à l’École Polytechnique dans la vie de tous les jours.