/news/currentevents
Navigation

240 heures de travaux communautaires pour un crack informatique de 17 ans

Coup d'oeil sur cet article

Un jeune crack informatique qui a réussi à paralyser pendant quelques heures les sites informatiques de la Sureté du Québec (SQ) et celui d’une commission scolaire de la Rive-Sud a écopé de la peine maximale en frais de travaux communautaires.

Le jeune homme de 17 ans, que l’on ne peut identifier pour protéger son identité, avait l’air bien repentant, lundi, lorsqu’il s’est présenté avec son père au palais de justice pour y recevoir sa peine.

Entre les mois de janvier et octobre 2015, le jeune homme a non seulement obtenu de façon frauduleuse les services d’un ordinateur, mais il a également utilisé, sans y être autorisé, les données d’une carte de crédit et utilisé de façon frauduleuse les mots de passe d’un ordinateur.

Au surplus, il a été accusé de méfait sur des données, de trafic de renseignements identificateur, de possession de moyen permettant l’utilisation d’un service d’ordinateur, de vol d’identité, de possession et distribution de pornographie juvénile et de trafic de stupéfiants.

Le «jeu» auquel le jeune s’adonnait a pris fin lorsque plusieurs policiers sont débarqués chez lui «ne sachant pas trop à qui ils avaient à faire».

«À l’aide de différents outils de piratage, il a réussi à contrôler, à distance 93 ordinateurs, il a pu obtenir les noms d’identifiants et les mots de passe de 4160 personnes, et il a mis la main sur les noms, adresses, âges, numéros d’assurance sociale, numéros de carte de crédit et NIP d’une cinquantaine de personnes», a brièvement relaté le poursuivant, Me Christian Trudel.

En ce qui concerne les sites de la SQ et de la commission scolaire, il a réussi à les attaquer pour les rendre «inutilisables» pendant quelques heures.

«C’est dommage qu’avec l’intelligence ne vienne pas le jugement», a dit le juge au jeune homme qui espère, un jour, travailler dans le domaine de l’informatique.

En plus des 240 heures de travaux communautaires, le jeune crack sera sous probation pour une période d’un an et il lui sera interdit de posséder un ordinateur ou encore un cellulaire.