/world/america
Navigation

Deux Canadiens parmi les victimes de la fusillade à Playa del Carmen

Des policiers mexicains patrouillaient à proximité du Blue Parrot, tôt lundi.
AFP Des policiers mexicains patrouillaient à proximité du Blue Parrot, tôt lundi.

Coup d'oeil sur cet article

Deux Canadiens et au moins trois autres personnes ont perdu la vie dans une fusillade survenue dans une discothèque lors d’un festival de musique organisé par un Montréalais à Playa del Carmen, au Mexique.

Les autorités privilégiant la piste d’une «dispute entre particuliers».

Quatre hommes sont décédés par balles et une femme a été piétinée «lors du mouvement de panique déclenché par la fusillade», a précisé le procureur de l’État de Quintana Roo, Miguel Angel Pech, lors d’une conférence de presse. Un Colombien et un Italien seraient aussi décédés dans la fusillade qui a fait 15 blessés.

«Trois membres de la sécurité du BPM figurent parmi les morts», selon BMP, information confirmée par le procureur.

 

Miguel Ángel Pech Cen a de plus confirmé que trois personnes étaient en détention à la suite des incidents de la nuit dernière. Toujours d'après le procureur général, la thèse du geste terroriste a déjà été écartée.

Des policiers mexicains patrouillaient à proximité du Blue Parrot, tôt lundi.
Capture d'écran/Facebook

La fusillade a éclaté lors du festival de musique électronique BPM, qui attire chaque année de nombreux visiteurs. L'organisateur du festival, qui en était à sa dixième édition, est un Montréalais, Craig Pettigrew. Le bar appartiendrait aussi à des Québécois.

Selon les premiers éléments, les tirs se seraient produits vers 3 heures du matin dans la discothèque Blue Parrot, qui accueillait l’évènement.

«Tout le monde criait»

Un Québécois qui se trouvait au Blue Parrot au moment de la fusillade a raconté ce qu'il a vécu à TVA Nouvelles. «Un de mes amis m'a tiré par terre. Tout le monde criait», a confié William Om.

«Nous avons entendu un bruit et pensé que c’était des feux d’artifice de la boîte de nuit, avant de réaliser que quelqu’un était entré par la porte de secours et avait commencé à tirer», a raconté à l’AFP Rashed Qassem, un Libanais de 36 ans venu des États-Unis pour assister au festival avec des amis.

Déjà tôt lundi matin, des policiers enquêtaient sur les lieux de la fusillade qui a fait cinq morts au bar Blue Parrot, à Playa del Carmen.
AFP
Déjà tôt lundi matin, des policiers enquêtaient sur les lieux de la fusillade qui a fait cinq morts au bar Blue Parrot, à Playa del Carmen.

«Balle dans le dos»

«J’ai regardé derrière moi et vu un homme tomber après avoir été touché à la tête. Juste après, mon ami à côté de moi a reçu une balle dans le dos», a-t-il ajouté.

«Ca a été la panique. On s’est jeté au sol pendant que le tireur continuait de faire feu, après avoir tué un membre du service d’ordre à l’entrée. Il a tiré plus de 10 fois avant de partir par la porte de secours. On est restés allongés jusqu’à l’arrivée de la police», a-t-il encore raconté

«Les membres du service d’ordre n’ont pas compris tout de suite qu’il s’agissait de tirs et ont dit que c’étaient des feux d’artifices, que tout était normal», a tweeté Valerie Lee, du magazine anglais en ligne Mixmag.

«Mais les gens continuaient de courir et de dire qu’ils avaient vu une arme».

Pompiers et ambulanciers s'affairaient à venir en aide aux blessés dans la nuit de dimanche à lundi, au Blue Parrot.
AFP
Pompiers et ambulanciers s'affairaient à venir en aide aux blessés dans la nuit de dimanche à lundi, au Blue Parrot.
Des policiers mexicains patrouillaient à proximité du Blue Parrot, tôt lundi.
Photo Twitter
Des policiers mexicains patrouillaient à proximité du Blue Parrot, tôt lundi.
PHOTO AFP
Lundi matin, des policiers ratissaient les alentours du Blue Parrot.
AFP
Lundi matin, des policiers ratissaient les alentours du Blue Parrot.
Un soulier abandonné sur la plage non loin du Blue Parrot.
AFP
Un soulier abandonné sur la plage non loin du Blue Parrot.

Le festival BPM a diffusé un communiqué sur sa page Facebook précisant que l’attaque avait été perpétrée par un seul tireur devant la boîte de nuit.

Selon la maire de Solidaridad, localité où se trouve cette célèbre plage, au moins un tireur a ouvert le feu. Le festival BPM a lui diffusé un communiqué sur sa page Facebook précisant que l’attaque avait été perpétrée par un seul tireur.

«La violence a commencé dans la 12e rue, devant la boîte de nuit», précise le communiqué.

La première piste «est une dispute entre particuliers pour un problème survenu à l’intérieur», a déclaré le responsable de la sécurité de cet État, Rodolfo del Angel.

Les autorités de l’État de Quintana Roo ont précisé que quatre personnes avaient été interpellées dans le cadre de l’enquête.

Playa del Carmen est située à 68 kilomètres de Cancun. Très populaire auprès des touristes américains et européens, la région a été très largement épargnée par les violences liées au narcotrafic.

Policier tabassé

Le club Blue Parrot a déjà fait la manchette en 2011: un policier du Service de police de la Ville de Montréal y avait été rudement tabassé.

La victime aurait aperçu des Québécois sympathisants des Hells Angels. Il aurait alors entrepris de les photographier.

Les individus en question s'en seraient aperçus et l'auraient entraîné à l'écart, dans une tente VIP, où il a été sauvagement rudoyé pendant plusieurs heures.

Le policier a dû recourir à des chirurgies pour reconstruire son visage. Des os avaient été broyés par les coups.

Marc-André Lachance et Shane Kenneth Maloney avaient été accusés de complot et d'intimidation d'un officier de justice.