/world/america
Navigation

Tué en protégeant des clients

Le Canadien Kirk Wilson était responsable de la sécurité du festival BPM qui se tient à Playa del Carmen

Une femme atteinte par une balle reçoit des soins des paramédicaux, entourée de ses amis, après qu’un homme a ouvert le feu dans la discothèque où elle faisait la fête, dans la nuit de dimanche à lundi, à Playa Del Carmen, endroit prisé par les touristes.
Photo AFP Une femme atteinte par une balle reçoit des soins des paramédicaux, entourée de ses amis, après qu’un homme a ouvert le feu dans la discothèque où elle faisait la fête, dans la nuit de dimanche à lundi, à Playa Del Carmen, endroit prisé par les touristes.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien tué en protégeant des clients d’un revendeur de drogue furieux de s'être vu refuser l'entrée dans une discothèque de Playa del Carmen, au Mexique, était un portier bien connu du milieu des boîtes de nuit.

Kirk Wilson, originaire de l’Ontario, était responsable­­ de la sécurité du Festival de musique­­ électronique BPM qui se clôturait dans la nuit de dimanche à lundi au Blue Parrot, une discothèque très prisée des touristes.

«Il était bien connu et tout le monde est sous le choc», dit Robert Bélanger, un Québécois propriétaire du restaurant Los Tabernacos, situé à une rue de la discothèque.

L’Ontarien Kirk Wilson, 49 ans, est mort sous les balles d’un 
tireur devant le Blue Parrot, où se déroulait le festival de 
musique BPM pour lequel il était responsable de la sécurité.
Photo courtoisie toronto night club
L’Ontarien Kirk Wilson, 49 ans, est mort sous les balles d’un tireur devant le Blue Parrot, où se déroulait le festival de musique BPM pour lequel il était responsable de la sécurité.

«Kirk a été portier toute sa vie. C’était un gars pacifique, il avait ce don de calmer les choses», se souvient Neil Forester, un promoteur de Toronto­­ et ami de la victime.

M. Wilson était un père de famille de 49 ans très aimant, souligne-t-il.

«C’est terrible, c’était une belle famille et tous sont sous le choc», ajoute M. Forester.

Les chaises renversées et les décorations arrachées sur la terrasse du Blue Parrot témoignaient encore lundi du chaos de la veille.
Photo AFP
Les chaises renversées et les décorations arrachées sur la terrasse du Blue Parrot témoignaient encore lundi du chaos de la veille.

M. Wilson se trouvait vraisemblablement à l’entrée­­ de la boîte de nuit lorsqu’un homme a ouvert­­ le feu. Les tirs ont fait au moins cinq morts, dont un Italien et un Colombien. Les autorités mexicaines ont évoqué un deuxième Canadien décédé­­, mais le ministère des Affaires mondiales du Canada­­ a démenti cette information lundi soir.

Une femme a aussi été piétinée à mort en tentant­­ de fuir les lieux.

Quinze personnes blessées ont aussi été admises­­ dans des hôpitaux de la région.

Les autorités médico-légales­­ se sont rendues sur les lieux après la fusillade dans la nuit de dimanche.
Photo AFP
Les autorités médico-légales­­ se sont rendues sur les lieux après la fusillade dans la nuit de dimanche.

Fin de soirée dramatique

La fête était à son apogée lorsque la fusillade a éclaté. «Certains croyaient que c’était des pétards, confie Maggie Villeneuve, une Québécoise qui venait à peine d’arriver au bar. J’ai vu le tireur­­ et son gun, j’ai dit: non, non. Ce n’est pas des pétards.»

L’organisation du festival BPM est aussi profon­dément attristée.

«Trois membres de l’équipe de sécurité BPM figurent parmi les victimes qui ont perdu la vie en essayant de protéger les clients à l’intérieur du lieu», peut-on lire sur la page Facebook du festival.

Un homme blessé parle au téléphone pendant qu’il reçoit des soins d’un ambulancier.
Photo AFP
Un homme blessé parle au téléphone pendant qu’il reçoit des soins d’un ambulancier.

Affaire de drogue

Selon des médias locaux, une discussion entre un membre d’un cartel de la drogue et un responsable de la sécurité du festival BPM a dégénéré à l’entrée de la discothèque Blue Parrot, vers 2 h 30.

«Une personne a tenté d’entrer et après avoir été refoulée par le personnel de sécurité, elle a sorti une arme et il y aurait eu des échanges de coups de feu», a indiqué Miguel Angel Pech Cen, le procureur général de l’État du Quintana Roo.

Dans les derniers jours, sur la page Facebook du festival BPM, plusieurs internautes s’étaient plaints de la présence de revendeurs de drogue dans l’établissement.

Trois personnes ont été emmenées au poste de police pour être interrogées.

Les policiers tentent de déterminer si ces dernières ont été mêlées à la fusillade ou à un autre incident qui s’est d’abord produit non loin de la discothèque.

Blue Parrot

La discothèque Blue Parrot de Playa del Carmen, où a eu lieu la fusillade lundi, accueille de nombreux membres du crime organisé québécois. Des Hells Angels et des membres du gang de l’Ouest fréquentent notamment cette colossale boîte de nuit, selon nos informations.

  • Ouvert depuis 1998
  • On peut y manger, se baigner­­ dans une piscine qui donne sur la mer et faire la fête
  • De nombreux DJ de renommée­­ internationale s’y sont produits
  • Au moins un Québécois figure­­ parmi la liste des propriétaires
  • Celui-ci est en attente d’un procès pour des accusations de voies de fait graves pour un événement survenu à l’été 2015
  • Un enquêteur du SPVM avait été violemment battu dans ce bar par deux hommes liés au crime organisé­­ en janvier 2011
  • La victime, en vacances, avait pris des photos d’eux pour bonifier la preuve d’une enquête déjà en cours au Québec.

Festival BPM

  • Le festival de musique électronique a vu le jour en 2008 à Playa del Carmen, au Mexique
  • Deux Québécois sont à l’origine de l’idée, soit Craig Pettigrew et Philip­­ Pulitano
  • L’événement avait lieu du 6 au 15 janvier