/slsj
Navigation

«On ne veut pas de pertes d’emploi», réitère le maire de Saint-Félicien

Gilles Potvin est à Québec pour participer à une rencontre avec le ministère

[CAT-SLUG + titre de l'article lié]
Photo d'archives Gilles Potvin
Maire de Saint-Félicien

Coup d'oeil sur cet article

Deux maires du Lac-Saint-Jean seront à Québec aujourd’hui pour analyser le plan de protection du caribou forestier en compagnie de ministres et d’experts scientifiques pour discuter des impacts possibles pour la région.

Le plan de protection du caribou forestier proposé en avril dernier par le gouvernement Couillard ne fait pas l’unanimité chez les élus des régions impliquées, notamment au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Parmi les invités réunis aujourd’hui dans la capitale nationale, les maires de Saint-Félicien et de La Doré feront part de leurs inquiétudes face aux possibles conséquences sur les communautés forestières d’ici.

«Ensemble, nous allons analyser la situation pour s’assurer de protéger le caribou tout en ayant le moins d’impacts sur notre industrie forestière. On ne veut pas de pertes d’emploi, et on va questionner le ministère là-dessus», soutient le maire de Saint-Félicien, Gilles Potvin.

Tout comme son collègue, le maire de La Doré, Jacques Asselin, est préoccupé par le nouveau plan de protection, alors qu’un récent rapport mentionnait que le projet rendait la région très vulnérable à la perte d’emploi.

«M. Couillard nous avait promis qu’il n’y aurait pas d’emploi de perdu. On espère qu’il tiendra sa promesse, témoigne M. Asselin. On s’en va à cette rencontre avec confiance, et on espère qu’ils seront ouverts et que nous serons entendus.»

Manque de données

Selon le maire de La Doré, il y a un manque de documentation réel sur les populations de caribou dans le projet proposé par le gouvernement.

Il estime que des recherches devraient être effectuées avec un troupeau qui serait étudié dans la région. Le maire a d’ailleurs fait parvenir cette idée au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, dans une lettre envoyée le 5 janvier dernier.

Dans le document obtenu par Le Journal on peut lire qu’«ainsi, des données précises sur les causes de mortalité, sur la génétique, sur l’occurrence et la résistance aux épidémies, aux parasites et sur la fragilité de certains cervidés en regard de différents virus pourraient donc être adéquatement documentées.»

Le maire de Saint-Félicien a aussi donné son appui à cette demande, tout comme la préfète de la MRC et le président d’Alliance forêt boréale.

Caribous de l’ouest

Rappelons qu’un troupeau de caribous de l’Ouest canadien devait arriver au printemps dernier au Zoo sauvage pour y être étudié. Le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation avait toutefois refusé leur entrée au Québec en raison de la possibilité qu’ils soient porteurs de parasites.