/news/politics
Navigation

Une hausse de seulement 25 cents l’heure pour les employés à pourboire

restaurant restauration cuisine chef cuisinier
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Contrairement aux employés payés au salaire minimum, qui verront leur taux horaire augmenter de 50 cents, ceux qui reçoivent du pourboire obtiendront seulement 25 cents l'heure de plus, à compter du 1er mai prochain.

La hausse sera donc deux fois moins importante pour les salariés au pourboire que celle des travailleurs au salaire minimum rémunérés au taux régulier.

Lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale, jeudi matin, la ministre du Travail, Dominique Vien, a confirmé que le taux du salaire minimum régulier passera de 10,75 $ à 11,25 $ l’heure, à compter du 1er mai prochain, mais de seulement 9,20 $ à 9,45 $ pour les salariés au pourboire.

Pour la première fois de l’histoire du Québec, la ministre a aussi dévoilé les hausses que le gouvernement souhaite appliquer au cours des prochaines années.

Encore moins dans les prochaines années

Si Québec va de l’avant avec ses intentions, le taux régulier du salaire minimum augmentera à nouveau de 50 cents en 2018, puis de 35 cents en 2019, comme en 2020, pour atteindre alors 12,45 $.

Même si ces projections ne sont pas coulées dans le béton, les futures hausses prévues seront beaucoup moins intéressantes pour les salariés au pourboire, comme les serveurs et serveuses des bars et restaurants, par exemple.

Leur taux horaire, selon le scénario actuel, augmentera de seulement 20 cents en 2018, de 15 cents en 2019 et encore de 15 cents en 2020, pour demeurer sous la barre des 10 $ l’heure, à 9,95 $.

À la demande des restaurateurs

La ministre du Travail a expliqué que c’est par «équité» que son gouvernement a ramené à près de 20 %, l’écart entre le taux général du salaire minimum et celui des salariés au pourboire, comme c’était le cas dans les années 70, 80 et 90.

«C'est une demande qui nous est faite par l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) de revenir à cet écart, [...] ce à quoi nous avons dit oui, tout simplement», a résumé la ministre Vien.

En ces temps plus difficiles, il était important, selon elle, de laisser «une marge de manœuvre aux propriétaires de restaurants».

«Les serveurs à pourboire gagnent deux à trois fois le salaire minimum, alors... [...] Il y a une espèce de situation qu'on retrouve chez les restaurateurs qu'on ne retrouve pas nulle part ailleurs dans les autres commerces», a-t-elle souligné.

Selon l'ARQ, augmenter le taux du salaire minimum des salariés au pourboire dans la même proportion que le taux régulier n'aurait fait qu'accentuer le déséquilibre qui existe en restauration entre la rémunération du personnel de salle, qui revient parfois à plus de 20 $ de l'heure, et celle du personnel de cuisine.