/finance/business
Navigation

Le Clap reste à l’avant-garde

cinema le Clap
Photo Agence QMI, Simon Clark Robin Plamondon, copropriétaire du cinéma Le Clap, situé dans la Pyramide de Sainte-Foy, est un amoureux du 7e art. 

Coup d'oeil sur cet article

Rendez-vous des cinéphiles à Québec depuis plus de 30 ans, Le Clap a su faire taire les prophètes de malheur qui prédisaient la fin des salles de cinéma au profit des clubs vidéo.

Depuis trois décennies, Le Clap réinvente la roue.

«Il y a des gens qui vont au cinéma et il y a ceux qui vont voir des films. Ici, c’est le cinéma qui prédomine. On y vient pour l’expérience complète», affirme Robin Plamondon, copropriétaire et associé de Michel Aubé, fondateur.

Selon les statistiques, les Québécois vont en moyenne deux fois par année au cinéma, tandis que les clients réguliers du Clap fréquentent ses salles environ 24 fois par année!

«Il faut être créatif. Il faut se renouveler beaucoup pour plaire à notre clientèle qui vient très souvent au cinéma», poursuit-il.

Cette entreprise indépendante, qui ne comptait à l’origine que deux écrans, offre aujourd’hui 700 fauteuils répartis dans sept salles. Reconnue pour sa programmation qui sort des sentiers battus, l’entreprise a investi 11,5 M$ pour prendre le virage numérique, au cours des dernières années.

Avec le regain de popularité du cinéma d’auteur, Le Clap enregistre une croissance de son achalandage depuis deux ans.

«C’est notre principal défi: les films que l’on présente ont très peu de budgets marketing. Donc, c’est à nous de les faire connaître. Notre mission culturelle est aussi grande que notre mission commerciale», ajoute M. Plamondon.

Chaque année, Le Cap présente près de 300 films incluant aussi des blockbusters.

FRÉQUENTATION À LA HAUSSE

  • ​20 millions d’entrées dans les salles de cinéma au Québec en 2015
  • 7% d’augmentation par rapport à 2014
  • 161 M$ de revenus aux guichets