/news/politics
Navigation

Le député Claude Surprenant exclu du caucus de la Coalition avenir Québec

Le chef de la Coalition avenir Québec fait volte-face et remanie son caucus

Le député Claude Surprenant exclu du caucus de la Coalition avenir Québec
Photo d'archives, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU | L’accumulation de dépenses embarrassantes a finalement convaincu le chef caquiste François Legault d’exclure le député Claude Surprenant de son caucus.

«Je n’accepterai jamais que l’intégrité de notre formation politique soit entachée. En conséquence, j’ai pris la décision, après consultation du caucus, d’exclure Claude Surprenant de notre caucus, le temps que le commissaire à l’éthique termine son enquête», a annoncé M. Legault en marge d’une réunion des élus de son parti qui se terminait mardi en Montérégie.

«Humainement, je trouve ça difficile», a souligné M. Legault, mais «à chaque jour, il y a une nouvelle information que j’apprends», a-t-il regretté.

La veille, M. Legault indiquait encore qu’il n’était pas question d’exclure le député de Groulx. Il se disait jusque-là satisfait des réponses obtenues auprès de son député, dont la gestion des dépenses fait l’objet d’une série de révélations depuis la semaine dernière.

Une nuit d’hôtel en plein été

La goutte qui a fait déborder le vase, pour M. Legault, a été d’apprendre que c’est en pleine période estivale, du vendredi 7 au samedi 8 août 2015, que M. Surprenant a séjourné dans un hôtel de Québec avec sa famille. Le député de Groulx a ensuite tenté, mais sans succès, d’obtenir auprès de l’Assemblée nationale le remboursement de ses frais d’hébergement sous prétexte qu’il devait travailler sur le dossier Uber.

«J’ai posé la question à quelques employés de l’Assemblée nationale et ils ne se rappellent pas de l’avoir vu au bureau cette journée-là», a rapporté M. Legault.

Protéger l’image du parti

Voyant la pression s’accentuer, M. Surprenant a aussi révélé qu’il avait déjà confié un contrat de 700 $ à sa conjointe architecte pour l’aménagement de son bureau de comté.

À cela s’ajoutent deux réclamations irrégulières de frais de déplacement et des chèques en blanc remis à une attachée politique, qui en aurait ensuite fait mauvais usage.

Le chef caquiste a expliqué qu’il lui fallait protéger l’image du parti qu’il a fondé.

«Je veux pouvoir regarder les Québécois en pleine face et leur dire que la CAQ est un parti intègre», a-t-il déclaré.

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a reproché à M. Legault de ne pas avoir pris les devants plus rapidement.

«C’est un peu décevant que le réflexe éthique de M. Legault n’ait pas été suffisamment aiguisé», a dit M. Lisée.