/news/health
Navigation

Abolition des frais accessoires : pas de réduction de services aux patients, assure Barrette

Gaetan Barrette
Photo Agence QMI, Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

L'abolition des frais accessoires en santé n'aura aucun impact négatif sur les services de santé, a assuré mercredi le ministre de la Santé Gaétan Barrette.

M. Barrette a répété que les fédérations des médecins spécialistes et omnipraticiens avaient accepté de prendre à leur charge la prestation des «frais accessoires courants», y compris les vasectomies. Il s'est dit en accord avec les médecins spécialistes qui refusent d'absorber les soins impliquant des équipements lourds, particulièrement en physiatrie et en endoscopie.

«Dans le cas des équipements lourds, nous avons répondu à cette demande-là en investissant 21 millions $ dans 18 salles d'opération dans le réseau public. Ces salles d'opération vont largement compenser pour des activités qui diminueraient au privé», a dit M. Barrette.

D'autres salles ont été ouvertes dans la région de Montréal pour des soins en endoscopie pour compenser l'éventuelle fermeture de cliniques privées. «La capacité d'endoscopie à la population à partir d'aujourd'hui est de plus de 20 000 endoscopies annuelles offertes au public. Dans la dernière année, dans la région de Montréal, il s’en est fait 9300», a plaidé M. Barrette.

Les médecins ne sont pas aussi affirmatifs que le ministre quant au maintien des services puisque les négociations entre les deux fédérations médicales et le ministre ne sont pas terminées. «On représente 35 spécialités avec des besoins différents (...) Des annonces ont été faites en novembre, à notre connaissance, il n'y a pas eu d'ouverture de salles pour faire des coloscopies. On aimerait savoir quand», a indiqué la présidente de la Fédération des médecins spécialistes Diane Francoeur.

«Les patients qui attendent, il n'y a rien de réglé; même si vous appelez à l'hôpital demain pour prendre un rendez-vous, vous allez attendre sur la liste. Il faut que les budgets soient alloués aux établissements. Je n'ai pas les réponses (...) L'improvisation, ça fait des malheureux, ça va être les patients et les docteurs vont être fâchés», a prévenu Mme Francoeur.

Dans les pharmacies, les services de vaccination continueront d'être offerts moyennant paiement par les patients; les prises de sang aux fins de test de coagulation  seront offertes gratuitement à compter de jeudi.

Par ailleurs, Gaétan Barrette promet que des les médecins qui s'aviseront de facturer des frais accessoires à compter de jeudi s'exposeront à des sanctions. «Il y aura immédiatement enquête, la personne sera remboursée dans tous les cas (...) Si les faits s'avèrent, il y aura des sanctions.»