/news/politics
Navigation

Couillard ne sait pas combien de temps Paradis sera absent

Pierre Paradis a indiqué aux médias par le biais de son attachée politique qu’il souffrait d’une commotion cérébrale.
Photo d'archives, STEVENS LEBLANC Pierre Paradis a indiqué aux médias par le biais de son attachée politique qu’il souffrait d’une commotion cérébrale.

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre ne sait pas à quel moment Pierre Paradis reviendra au conseil des ministres, et refuse de statuer sur le motif de son absence.

Le gouvernement Couillard a annoncé mercredi dans un communiqué laconique que le ministre des Transports Laurent Lessard assumera temporairement les responsabilités du député de Brome-Missisquoi.

 

Dans ce court document, on soutient simplement que «la fonction de ministre de l’Agriculture est conférée temporairement au ministre des Transports». En fin de journée, M. Paradis a indiqué aux médias par le biais de son attachée politique qu’il souffrait d’une commotion cérébrale à la suite d’un accident d’équitation.

M. Couillard en sait-il davantage sur l’état de M. Paradis? «Vous lui demanderez, c’est lui qui a fait des commentaires hier (mercredi)», a lancé sèchement le premier ministre lors d’un point de presse à Québec à la suite d’une visite d’entreprise. Il a par la suite ajouté : «ses commentaires [de Pierre Paradis] sont les siens».

A-t-il des détails plus précis ? «Bien... c’est ce qu’il vous a dit là. M. Paradis doit prendre du temps, il vous l’a expliqué hier (mercredi)», a dit M. Couillard.

Pierre Paradis est un vétéran de la politique provinciale et est élu sans interruption depuis 1980. Ministre de l’Agriculture, il est au cœur d’un bras de fer avec l’Union des producteurs agricoles au sujet de modifications au programme de crédit de taxes foncières agricoles.

Le monopole syndical estime que cette mesure va causer une augmentation de taxe de 47 $, soit en moyenne 1123 $ par entreprise.

L'UPA a demandé la tête du ministre à l’automne, mais Philippe Couillard s’était porté à sa défense.M. Paradis avait été écarté du conseil des ministres durant l’ère Charest, mais a été ministre du Travail et ministre de l’Environnement à l’intérieur du cabinet de Robert Bourassa.