/entertainment
Navigation

Géniale intrigue dans le monde du tennis

Géniale intrigue dans le monde du tennis
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Lauren Weisberger, l’ancienne assistante de la rédactrice en chef du magazine Vogue qui a électrisé le monde du livre et du cinéma avec son best-seller Le Diable s’habille en Prada, propose une délicieuse intrigue dans le merveilleux monde du tennis dans son sixième roman, L’art et la manière de conclure en beauté.

Charlotte Silver, surnommée Charlie, fait partie des meilleures joueuses de tennis du monde. Elle est la chouchoute des médias et ses fans l’adorent.

Lorsqu’une blessure la force à déclarer forfait à Wimbledon, Charlie prend les grands moyens: elle congédie son entraîneuse Marcy et la remplace par un entraîneur de stars, Todd Feltner. Ce changement va la propulser au sommet des classements et faire d’elle une grande vedette.

Entre les compétitions, le glamour, la rivalité, les événements VIP et les coups bas, Charlie réalise que la célébrité a ses côtés sombres. Son adversaire, Natalya Ivanov, ne reculera devant rien pour lui rendre la vie dure. Charlie passera-t-elle à travers l’US Open?

Lauren Weisberger s’est passionnée pour cet univers fait de sport et de glamour. «Je me suis toujours intéressée au tennis. J’ai joué quand j’étais enfant – certainement pas au niveau de Charlie – et je joue encore aujourd’hui, pour m’amuser. J’étais aussi très intriguée par les joueuses de tennis: comment elles réussissent et pourquoi elles compétitionnent? Ça m’a fourni une excuse pour aller visiter les coulisses du sport pour mes recherches», explique Lauren en entrevue depuis New York.

La romancière a passé six ou sept mois dans l’univers des stars du tennis, suivant le calendrier des matchs et les tournées. «Je suis allée voir plusieurs compétitions à Charleston, au Connecticut, à Miami. J’ai vu l’US Open et je suis allée au Royaume-Uni pour le tournoi de Wimbledon. Ça m’a permis de jeter un coup d’œil et de constater de quoi avait l’air la vie de ces femmes sur le court et hors du court. C’était génial.»

L’envers du décor

Elle pensait que c’était «sexy» d’être en tournée et en voyage, allant d’une ville à l’autre et d’un pays à l’autre. L’envers du décor l’a étonnée. «Tout ça a l’air fabuleux. Mais en réalité, c’est exténuant. Plusieurs tenniswomen n’ont même pas de domicile fixe parce qu’elles sont sur la route jusqu’à 48 semaines par année. C’est quand même incroyable.»

«Elles ne savent jamais combien de temps elles seront quelque part parce que tout dépend des résultats des matchs. Tout se passe à la dernière minute. Et c’est bien difficile pour elles de voir leurs amis et les membres de leur famille. C’est très exigeant.»

Elle a également eu l’occasion de discuter avec la joueuse slovaque Daniela Hantuchova. «Elle a été extraordinaire. Nous nous sommes rencontrées à quelques reprises et elle m’a vraiment donné l’heure juste sur sa routine quotidienne, en matière d’entraînement, de déplacements. Elle m’a parlé des défis auxquels elle et sa famille faisaient face. Ça m’a beaucoup aidée. Elle a été très franche avec moi.»

La solitude

Son personnage de Charlie est en partie inspiré de ces joueuses qu’elle a étudiées. «Elle ne représente pas une joueuse en particulier, mais on peut reconnaître des traits de personnalité de plusieurs d’entre elles dans Charlie. Je voulais qu’elle ait sa propre histoire, sa propre enfance.»

Et le plus difficile à supporter, selon elle, pour les hommes comme pour les femmes, est peut-être la solitude qui va avec tout cela. «Il n’y a personne d’autre sur le court: pas d’équipe, pas d’entraîneur. C’est vous, votre adversaire et tout ce que vous avez fait pour vous entraîner. Il y a des gens qui s’épanouissent dans ce cadre et d’autres, non.»

  • Lauren Weisberger est diplômée de Cornell University.
  • Elle a été l’assistante personnelle d’Anna Wintour, rédactrice en chef de Vogue, et a relaté son expérience dans le best-seller Le Diable s’habille en Prada.
  • Ce roman a été adapté au cinéma en 2006 avec Meryl Streep et Anne Hathaway dans les rôles principaux.
Géniale intrigue dans le monde du tennis
Photo courtoisie

Extrait

«Charlie, Marcy, Alice et son entraîneur s’engagèrent à la suite de M. Poole dans le souterrain qui conduisait au court de tennis le plus célèbre du monde. Les murs, de part et d’autre, s’ornaient des portraits en noir et blanc des légendes du tennis sorties victorieuses du central: Serena Williams, Pete Sampras, Roger Federer, Maria Sharapova, Andy Murray... tous exultant de joie, en train de hisser le trophée à bout de bras ou de l’embrasser, de lancer leur raquette en l’air, de brandir le poing. Alice ne perdait pas elle non plus une miette de cette galerie de champions tandis qu’elles marchaient vers la porte qui les conduirait sur le central, et les propulserait sur scène.»

— Lauren Weisberger, L’art et la manière de conclure en beauté