/news/society
Navigation

Il paie ses études en chantant dans le métro

13340736_10157006106240008_562535226_o.jpg Un chanteur dans le métro un chanteur dans le métro
Photo courtoisie Le chanteur Anthony Lovison laisse Kira Atkinson, 4 ans, jouer avec sa guitare.

Coup d'oeil sur cet article

Anthony Lovison a payé ses études universitaires d’une drôle de façon, en jouant de la guitare dans le métro. En seulement 10 à 15 heures par semaine, son talent lui a rapporté jusqu’à 800 $.

Arrivé à Montréal en août 2015 pour y faire ses études, le jeune Français de 28 ans a commencé une maîtrise en communication avec spécialisation recherche création à l’Université du Québec à Montréal. Et il a joué quelques heures par semaine dans le métro en alternant avec ses cours.

«Radiohead, Oasis et Jackson Five étaient les morceaux qui marchaient le mieux auprès de la foule», précise Anthony Lovison.

Le succès a été quasi immédiat. «Pour moi, c’était un vrai travail et non pas un appoint », poursuit-il.

Aujourd’hui, avec l’argent gagné, l’homme s’est payé ses études, son loyer, ses sorties et a même pu s’offrir des voya­ges.

«J’ai pu partir à New York», souligne-t-il.

Son grand record, ç’a été en juillet 2016, où les passants lui ont laissé 176 $ pour quatre heures de show, soit 44 $ l’heure.

Jean-Talon et Place des Arts étaient ses stations préférées. «Il y avait beaucoup de passage, surtout aux heures de pointe, à la sortie du travail. C’est là que je me suis fait le plus d’argent», dit-il.

Des sommes records

L’artiste a déjà récolté 30 $ en une heure, contre 7 $ quand il se produisait dans les bars. «Certaines semaines, j’ai réussi à totaliser jusqu’à 800 $», se réjouit le jeune homme. Mais, au départ, il a dû acheter son propre matériel avec le micro et l’ampli pour un total de 450 $.

«Faire de la musique a toujours été mon métier de base, explique le musicien à l’univers pop-folk. J’ai aimé apporter de la gaieté aux gens et partager ma passion avec les autres.»

Lors de son passage à la station Jean-Talon, une Montréalaise n’a pas hésité à acheter l’album du Français.

«Ce garçon a une voix magnifique. Ça fait du bien aux oreilles quand on rentre du travail. Il faut qu’il continue», sourit Marie Bourdon.

Une autre passante qui l’a filmé renchérit. «J’ai tout de suite aimé sa voix. Il a beaucoup de talent», dit Laura Gadory.

Anthony Lovison a débuté dans la musique en chantant dans les chorales à l’âge de 16 ans, en région parisienne. Plus tard, il a réussi à se produire dans le métro à Paris. Il a parcouru la France comme musicien des rues avant d’aller en Nouvelle-Calédonie, où il a sorti un album qui s’est vendu à 500 exemplaires. Il a aussi fait la première partie de Garou.

Un chanteur « étoile »

Son objectif est d’être repéré et de sortir un disque à Montréal.

«Dans le métro, la visibilité était plus grande parce que plus de 10 000 personnes passaient devant moi, confie-t-il. C’était un vrai challenge. Il fallait tout donner pour que les gens s’arrêtent.»

Anthony Lovison a très vite été repéré par le regroupement des musiciens du métro de Montréal (RMMM) qui gère les 150 chanteurs des souterrains pour devenir une «Étoile du métro». Ce programme créé par la STM en 2012 a récompensé les meilleurs talents en leur proposant un calendrier pour réserver les meilleures places et plages horaires.

Sept emplacements du réseau ont été réservés aux 65 musiciens étoiles. Au total, il y a 55 places disponibles dans les 73 stations de métro.

L’occasion pour Anthony Lovison de faire de jolies rencontres. «Chaque jour, une fillette de quatre ans me donnait quelques pièces, alors je la faisais jouer de la guitare avec moi», raconte le passionné.

C’est d’ailleurs grâce au métro qu’il a été repéré pour participer aux castings de l’émission télévisuelle La Voix en mai 2016.