/entertainment/radio
Navigation

Jeff Fillion envisage de poursuivre Alexandre Taillefer, Guy A. Lepage et Radio-Canada

L'animateur Jeff Fillion.
PHOTO ANNIE T. ROUSSEL L'animateur Jeff Fillion.

Coup d'oeil sur cet article

L’animateur de CHOI 98,1 Radio X, Jeff Fillion, envisage de poursuivre Alexandre Taillefer et Guy A. Lepage, en raison des propos tenus par l’homme d’affaires à Tout le monde en parle dimanche.

M. Taillefer a écorché l’animateur en le qualifiant notamment de «personnage détestable», de «moron», «d’imbécile» et de «mange-québécois».

À la suite de ces critiques, Jeff Fillion a déclaré, mardi, qu’il songeait à poursuivre Alexandre Taillefer, mais aussi l’animateur Guy A. Lepage qui a gardé ces propos au montage, et Radio-Canada.

Fillion affirme que Taillefer a utilisé «la tribune que lui a donnée Guy A. Lepage à Tout le monde en parle pour l’attaquer».

«Je n’ai jamais vu une attaque aussi intense. Je peux vous dire qu’on regarde actuellement pour poursuivre M. Taillefer, monsieur Lepage ainsi que Radio-Canada, parce que monsieur Lepage est celui qui aurait pu couper au montage. [...] Le but va être très simple, protéger à partir d’aujourd’hui ma famille et ma réputation une fois pour toutes. Jeff Fillion et sa famille ont terminé d’être attaqués. Ça, je peux vous le garantir, c’est terminé, là.»

En soirée, Alexandre Taillefer a répondu à Jeff Fillion avec ce tweet assassin.

Rappelons que Jeff Fillion a été congédié d’Énergie 98,9  en avril dernier à la suite d’un tweet, au sujet du décès du fils de l’homme d’affaires montréalais. Il a retrouvé un micro à CHOI en août dernier.

Tête de Turc?

À Tout le monde en parle dimanche, Alexandre Taillefer a affirmé être la tête de Turc de Fillion et que ce dernier se moquait régulièrement de lui.

Pour sa part, Fillion a rétorqué mardi n’avoir «jamais de sa vie attaqué Alexandre Taillefer, la personne».

Pas plus tard que le 19 décembre dernier, Jeff Fillion n’était pas très élogieux envers M. Taillefer et son entreprise Téo Taxi.

«C’est quand même spécial. Téo Taxi, une entreprise subventionnée par vos taxes, par l’argent que vous avez dans un bas de laine [...] par la caisse de dépôt du Québec et investissement Québec aussi a mis de l’argent là-dedans donc beaucoup de monde ont mis de l’argent là-dedans, dans les entreprises et surtout dans un fonds d’investissement de Alexandre Taillefer et ç’a nous a été vendu comme étant très révolutionnaire, très technologique. Téo Taxi, on nous a dit que c’était bien plus technologique qu’Uber. Les gens qui vous disent ça là, vous pouvez quasiment les prendres par les épaules et les brasser un peu. C’est du monde... il faut les réveiller un peu. Et vendredi soir, écoute, ils ont envoyé un tweet pour dire aux gens que le froid avait eu raison de Téo Taxi et que Téo Taxi était hors service et il faisait à ce moment-là, même pas -20 degrés! C’est quand même quelque chose on est au Québec là! Ça ne fonctionnait pas. Là, on a su ce matin [...] Alexandre Taillefer a dit: “Non, non! Finalement ce n’est pas le froid. Ce ne sont pas les batteries. Ça n’a rien à voir.” Non, ce n’était pas les batteries ce n’était pas les chars. C’était un problème de serveur. Il n’était pas capable de servir les gens. D’ailleurs, il disait aux gens: “Si vous avez besoin d’un transport, appelez notre filiale Taxi Hochelaga” Tsé, tu as Rolande qui répond: “Oui allô, Taxi Hochelaga Bonjour” Ça, c’est très technologique là! [...] D’après moi on est dans une autre époque et c’est vers ça que Téo Taxi nous envoyait vendredi soir et là, en répondant à Paul Arcand, [...] le gars s’est défendu en disait: “Nonon, ce n’était pas le froid. C’est que Téo Taxi, on est un peu victimes de notre succès et le serveur a sauté! Pis il a fallu en acheter un autre.” Pardon? Attends un peu là! Vous venez de me dire que Téo Taxi c’est une des révolutions au niveau technologique et ils ont un serveur dans un bureau? Je peux te garantir qu’il [...] n’y a pas personne qui va acheter un serveur là. Ce n’est plus ça là! On n’a plus ça à Radio Pirate depuis huit ans! Je veux dire, il n’y a plus de serveurs, il n’y a plus d’ordis ou presque dans les stations de radio, il n’y en a plus dans les entreprises, il n’y en a plus nulle part! Le gars nous dit: “Nonon, c’est que j’ai un serveur. On est allé au Best Buy et on en a acheté un nouveau pis on l’a connecté et on a parti la machine” Wow! Regarde là! Vous avez mis de l’argent, vous les Québécois, dans un fiasco OK? C’est un fiasco! Cette histoire-là ça ne va nulle part, ça n’ira nulle part, ç’a été un statement idéologique. Il y a des gens qui sont tombés dans cette affaire-là. Alexandre Taillefer est un gars extraordinaire pour se vendre, pour bâtir sa réputation, un gars qui était inconnu il y a huit mois. Personne ne connaissait ce gars-là et il a réussi à se faire connaître avec votre cash! Ce n’est pas pire pareille! Alors si vous voulez savoir comment ça marche, vous voulez vous monter une certaine crédibilité, un nom, une notoriété et que ça vous tente en plus d’investir dans des affaires qui sont, bah, rentables ou non, ce n’est pas important, mais d’abord que ça plaît à la classe politique et surtout au média, ben suivez le guide Alexandre Taillefer. Vous avez la formule parfaite pour savoir comment partir une entreprise. Ça marche ou ça ne marche pas, ce n’est pas grave! Il faut juste vous faire connaître! [...] Tu ne te lances pas dans une compagnie de taxi si tu es un homme d’affaires important et sérieux. Si tu n’es pas dans une patente qui ressemble à Uber ou Lift, tu ne pars pas ça.»

#JeSuisTaillefer

Plus tôt en décembre, l’animateur avait, de façon sarcastique, lancé le mot-clic #JeSuisTaillefer, en réponse à l’homme d’affaire qui disait, dans une entrevue dans Gravel Le Matin, en avoir ras le bol des discours cyniques et du marasme de certaines personnes, dont les grosses pointures radiophoniques, qui encouragent, selon lui, la tenue de propos haineux.

Fillion avait alors propagé le mot-clic sur Twitter en l’accompagnant de divers articles où «le discours de haine et les manifestations à répétition de la gauche Québécoise sont effectivement à dénoncer».

 

«Moi, j’ai parti un genre de hashtag hier #JeSuisTaillefer. Je suis d’accord avec lui qu’il y a beaucoup d’animateurs et de journalistes au Québec qui propagent de la haine contre Trump, contre le Parti libéral du Québec, contre Sam Hamad dernièrement, longtemps contre Harper, contre Maxime Bernier, longtemps contre Bush, que ce soit Bush père ou Bush le fils, contre des animateurs spécifiques, je vais me nommer: Jeff Fillion. Donc, #JeSuisAlexandreTaillefer à 100%. Il y a au Québec actuellement un campagne de haine qui est propagée par beaucoup d’animateurs et de journalistes et de médias. Je suis 100% avec Taillefer. [...] Je suis Alexandre! Les discours de haine, les manifestations à répétition de la gauche québécoise, effectivement il faut les dénoncer. #JeSuisTaillefer.»