/finance/business
Navigation

La croissance au rendez-vous

L’industrie bioalimentaire enregistre une croissance annuelle de 1,2 %

supermarche Avril
Photo Simon Clark Après Sherbrooke à l’automne 2017, le supermarché Avril prévoit l’ouverture d’une succursale à Laval en 2018, a confirmé la cofondatrice de la chaîne, Sylvie Senay, de passage à Québec mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Le PIB réel de l’industrie bioalimentaire au Québec a fait un bond de 790 M$ en quatre ans pour atteindre un sommet de 22 G$ en 2015.

Représentant une croissance annuelle moyenne de 1,2 % pour la période de 2012 à 2015, cette hausse est comparable à celle de l’économie du Québec dans son ensemble.

Selon le rapport Profil sectoriel de l’industrie bioalimentaire au Québec, publié mardi, les magasins d’alimentation et les grossistes-distributeurs de produits alimentaires ont généré 6,2 G$ de la valeur au produit intérieur brut (PIB) en 2015.

La filière québécoise des produits biologiques a contribué à l’atteinte de ces résultats. La stratégie de développement mise en place par le gouvernement prévoit faire passer de 120 à 180 M$ la part des ventes des produits biologiques au Québec d’ici 2018.

«L’intérêt croît d’année en année. On le remarque, car ça fait 21 ans qu’on est dans le domaine. Les gens sont beaucoup plus sensibles à leur alimentation et mieux informés aussi», a commenté Sylvie Senay, copropriétaire de la chaîne Avril.

Baisse des investissements

Malgré une croissance du PIB, l’industrie bioalimentaire, qui comprend l’ensemble des activités reliées à la production agricole, aux pêches, à la transformation, au commerce ainsi qu’à la restauration, a connu une diminution de ses investissements. En 2015, les entreprises ont investi 1,9 G$ en acquisitions, construction, matériels et outillages, soit une baisse de 255,7 M$ par rapport à 2012. L’agriculture est le secteur qui a contribué le plus aux investissements.

Fait à noter, l’industrie bioalimentaire au Québec a affiché quatre années de soldes commerciaux positifs avec un surplus de 611,5 M$ en 2015.

Les États-Unis représentent le principal marché pour les produits du Québec.

Par rapport à l’ensemble des exportations, la part de nos voisins du Sud s’est accrue de 53,1 % à 71,4 %. En contrepartie, l’Union européenne et le Japon ont vu leur part respective reculer.

Les exportations à destination des États-Unis se sont chiffrées à 5,4 G$ en 2015. Les exportations de porc vers l’ensemble des marchés ont franchi le milliard de dollars, tout comme le cacao et ses produits. Près de 490 000 personnes dépendent de cette industrie.

Répartition du PIB en 2015

  • 7,1 G$ - fabrication d’aliments, de boissons et de tabac
  • 4,9 G$ - services de restauration et débits de boissons
  • 3,8 G$ - agriculture, pêche, chasse et piégeage
  • 3,2 G$ - magasins d’alimentation
  • 3 G$ - grossistes-distributeurs de produits alimentaires