/finance/business
Navigation

Nouvelle vague de compressions chez Bell Média

Coup d'oeil sur cet article

Le couperet tombe à nouveau au sein du groupe médiatique Bell Média. Des mises à pied toucheront plus de 24 bureaux dans tout le pays, a-t-il été annoncé mardi.

Ces compressions s’inscrivent dans une «restructuration qui inclut des stations de radio et des chaînes de télévision locales», a confirmé en fin de journée mardi à l’Agence QMI Simon Céré, directeur, communications — Télévision francophone spécialisée et payante, radio et plateformes numériques.

Évolution des technologies

Ce dernier a expliqué que ces nouveaux bouleversements sont la résultante de plusieurs problématiques, qui touchent tout l’écosystème médiatique au pays.

«Bell Média et d’autres entreprises de médias canadiennes sont confrontées en raison de la concurrence internationale croissante, de l’évolution des technologies de radiodiffusion ainsi que de la pression publicitaire et réglementaire», a écrit M. Céré.

Au chapitre du marché publicitaire, la nouvelle politique sur les publicités américaines présentées lors du Super Bowl pourrait bien être l’un des facteurs ayant contribué au repli de revenus.

Publicités du Super Bowl

Ce dimanche, les publicités américaines diffusées pendant le Super Bowl ne seront pas masquées par du contenu publicitaire canadien lors de leur rediffusion au Canada par différents fournisseurs par câble, satellite ou internet.

Bell Média avait tenté de contester cette décision, arguant que des millions de dollars échapperaient ainsi aux diffuseurs canadiens. L'entreprise s’était même rendue en Cour d’appel, sans succès. Bell, qui possède le réseau CTV, détient les droits exclusifs au Canada pour la diffusion du Super Bowl.

Depuis 2015, plusieurs pertes d’emplois se sont succédé chez Bell Média, notamment au Réseau des sports (RDS) à Montréal, mais également dans une réorganisation qui a aussi touché d’autres stations dans le reste du pays.