/entertainment/radio
Navigation

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
photo archimede - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Des animateurs radio de la vieille capitale ne digèrent pas d’avoir été accusé d'avoir une part de responsabilité dans la tuerie qui a fait six morts à la grande mosquée de Québec dimanche.

Plusieurs d’entre eux ont dénoncé les propos de l’ancien agent du Service canadien de renseignement de sécurité (SCRS) Michel Juneau-Katsuya, qui a affirmé dimanche que «certains animateurs» «ont du sang sur les mains» et  que «la montée d’une politique populiste» n'est pas étrangère à la fusillade.

Selon la députée de Taschereau, Agnès Maltais, le maire Labeaume aurait aussi visé les radios en affirmant, lors de la vigile lundi soir, que les gens doivent rejeter «ceux qui s’enrichissent avec la haine».

Voici les réactions de quelques animateurs

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
SIMON CLARK / JOURNAL DE QUEBEC

Dominic Maurais

«Moi ça me lève le coeur que quelqu’un laisse sous-entendre que j’ai une participation dans ce qui s’est passé. Ça, je ne le prends pas. Je ne l’accepte pas. Je trouve ça odieux qu’on donne une tribune à ce gars-là (Michel Juneau-Katsuya).»

«S’il a de la preuve, qu’il appelle la police! Il n’a rien!»

«Je crains un recul de la liberté d’expression.»

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Jeff Fillion

«On se doute de qui il (Michel Juneau-Katsuya) parle, mais s’il n’a pas le courage de le dire, c’est lui qui a à vivre avec lui-même. Il l’a quand même dit.»

«Est-ce que ça fait partie de mon quotidien ce genre de débat là? Zéro, zéro! Vous n’avez pas plus pacifique et plus non haine et non violence que celui qui vous parle en ce moment.»

«J’aurais aimé avoir de sa bouche, parce qu’il n’est pas capable de dire les noms, au moins de dire de quoi il parle spécifiquement.»

«Bissonnette, c’est un nationaliste extrémiste, c’est de l’identitaire et ç’a, il y a des partis politiques qui ont joué dans ce ragoût-là. Moi, je ne dis pas que ces partis politiques là ont du sang sur les mains loin de là.»

«Ce que je vois depuis 48h, ça me décourage! Je te le dis, j’ai le goût de crisser mon camp!»

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
Phnoto d'archives, Daniel Mallard

André Arthur

«Le gars (Alexandre Bissonnette) est abonné (sur Facebook) au Parti québécois de Louis-Hébert, le Parti Québécois officiel, l’Université Laval et Agnès Maltais. Est-ce que ces gens-là sont responsables de ce qu’il a fait? Pantoute!»

 

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
PHOTO ANDREANNE LEMIRE

Doc Mailloux

«Le fameux Juneau-Katsuya, c’est un ex-agent de l’espionnage, qui n’hésite pas à avancer sur RDI que certains animateurs de radio de la région de Québec ont du sang sur les mains. C’est terrible comme propos haineux, d’incitation à la haine [...] mais de façon extrêmement bien enrobée.»

 

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
Photo courtoisie

Sylvain Bouchard

«Ceux qui nous ramassent ce matin et qui nous traitent de tous les noms, ce sont des Québécois haineux. Pourquoi vous pensez? Ce sont des gens qui règlent des comptes. Des gauchistes, des gens qui n’aiment pas la radio de Québec, il y a aussi des racistes, mais ce sont tous des Québécois.»

 

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
Archives Journal de Montréal

Stéphane Gendron

«Les gens à Québec le prennent mal pour certaines personnes, mais je pense qu’il faut en profiter pour se faire un examen de conscience. Moi, je n’étais pas surpris.»

 

Montrés du doigt dans la tuerie à la grande mosquée: des animateurs radio s’indignent
Photo d'archives DIDIER DEBUSSCHÈRE

Jérôme Landry

«Je n’ai jamais été autant en désaccord avec lui sur le discours de la radio de Québec. [...] Je débarque complètement! [...] On connaît certains collègues [...] qui parlent beaucoup de ces sujets là reliés à l’islam, mais en aucun temps je pense qu’on a de quoi pour les tenir responsables de ça [la tuerie] jamais, jamais, jamais! Il n’y a rien dans ce qui est écrit et dans ce qui est dit qui nous permet de faire le lien pis de prouver qu’il y a un lien direct des chroniques ou des propos à la radio et un geste comme celui posé hier soir.»