/entertainment/radio
Navigation

VIDÉO | L'Europe et le Washington Post s'intéressent à l'influence des radios de Québec

audio console and microphone
alexzaitsev - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Alors que certaines radios de Québec «sont accusées d'attiser des sentiments anti-musulmans» dans la province, la chaîne suisse RTS et le Washington Post ont décidé de s'intéresser à l'influence qu'ont les idéologies portées par certains médias locaux sur les citoyens.

«On est venus dans ce pays pour bien vivre, mais les médias sont toujours en train de généraliser, confie Fadwa Achmaoui, une résidente de Québec qui se recueillait près de la mosquée. "Une femme voilée, ça peut exploser n'importe quand. Un homme avec une petite barbe, parce que c'est un musulman, il peut faire des tragédies".»

Mohammed Ali Saidane, un musulman qui réside au Québec depuis 30 ans, est du même avis que Fadwa Achmaoui.

«Peu importe quand on écoute ces radios-poubelles, on y entend des propos xénophobes. Ce que je leur reproche le plus, c'est d'importer des problèmes d'ailleurs. Ce n'est pas la France, le Québec. Nous ne vivons pas dans des ghettos», souligne-t-il au Journal de Québec.

D'ailleurs, le reportage de RTS établit que la thèse de «l'animateur en partie responsable de la fusillade» gagne du terrain, en raison de quelques stations de radio populaires à Québec qui utilisent la même recette: «des animateurs-vedettes qui laissent libre cours à un discours xénophobe».

Rien ne laisse croire pour le moment que les radios ont joué un rôle dans le geste terrible pour lequel Bissonnette est accusé.

Les animateurs visés

Lundi, un ancien agent du Service canadien de renseignement de sécurité a affirmé que «certains animateurs de radio de Québec ont du sang sur les mains».

Cette opinion a rapidement été écartée par quelques acteurs de la radio à Québec, dont Dominic Maurais, Jeff Fillion et André Arthur.

Pour sa part, Sylvain Bouchard du FM93 n'a pas hésité à faire son mea culpa mercredi, estimant qu’il a «manqué à son devoir» en omettant de parler et d'expliquer la religion musulmane à ses quelques 29 000 auditeurs quotidiens (selon les plus récents sondages Numeris).

Rencontré par RTS, Jérôme Landry explique qu'il ne comprend pas vraiment ce qui est reproché aux animateurs de Québec.

«Il y a certains tenants de la rectitude politique qui aimeraient qu'on ne parle jamais de ces questions reliées à l'immigration. Je n'ai pas un discours d'expert ou de politicien. J'essaie de défendre les causes qui tiennent à coeur au grand public», justifie-t-il.

Les radios, un peu responsables?

Le militant syndical et ex-candidat de Québec Solidaire qui dénonce constamment les «radios-poubelles», Sébastien Bouchard, croit qu'elles ont une part de responsabilité dans les événements survenus dimanche à Québec.

«Ils (les animateurs) vont créer le scandale. En créant le scandale, ça crée une histoire, qui crée du mouvement et de l'intérêt. De plus, ils vont partir de préoccupations réelles de la population sur les inégalités, sur l'oppression que peuvent vivre les personnes au quotidien, en leur donnant un débouché qui sera raciste, sexiste ou discriminatoire», estime-t-il.

Ce n'est pas la première fois que le militant se lève contre ces personnes qu'il considère comme controversées. Il y a deux ans, il a rédigé une analyse intitulée «La radio-poubelle: le populisme de droite en action», que vous pouvez lire ici.

Un enseignant en droit de l'Université Laval, Louis-Philippe Lampron, abonde dans le même sens que M. Bouchard.

«Le vrai danger avec ces radios, c'est qu'elles se tiennent sur la mince ligne qui sépare l'actualité, l'opinion et la démagogie», explique-t-il au Washington Post.

Il ajoute que la compétition médiatique est très forte à Québec, et que les «quatre cinq animateurs qui règnent sur le marché s'arrachent les auditeurs avec un discours très agressif, pour la plupart du temps de droite et populiste».

Le maire en a assez entendu

Le maire Labeaume, lui, a dénoncé les gens «qui s’enrichissent avec la haine» et souhaite lancer un débat sur ce sujet lorsque le deuil sera fait, sans préciser de qui il parlait exactement.

Voyez le reportage préparé par RTS ci-dessous!