/finance/business
Navigation

Bombardier: le milieu des affaires se réjouit de l’aide financière

Bombardier: le milieu des affaires se réjouit de l’aide financière
PHOTO AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’investissement du gouvernement fédéral dans Bombardier est une bonne nouvelle pour l’ensemble de l’industrie aérospatiale, selon différents acteurs du milieu des affaires.
  • À lire: Ottawa prête 372,5 M$ à Bombardier

L'entreprise canadienne soutient 60 000 emplois au pays (directs et indirects) et contribue à la hauteur de 12,4 milliards $ du PIB canadien.

Même si l’investissement espéré était de 1 milliard $ US, soit équivalent à celui du gouvernement provincial, le Conseil du patronat accueille favorablement l’annonce.

«Le gouvernement a pris une décision stratégique. Le choix est valable, c'est positif pour nous », a souligné le vice-président aux affaires publiques et communications du Conseil du patronat du Québec, Benjamin Laplatte.

C'est également tout le secteur aérospatial qui est touché directement ou indirectement par les activités de Bombardier. Pas moins de 700 compagnies qui emploient 180 000 personnes œuvrent dans le domaine au Canada. L'impact sur les fournisseurs et les PME est énorme.

«C’est très important pour l’industrie, ça faisait longtemps qu’on l’attendait. Nous saluons l’annonce. Notre seule inquiétude concerne les garanties d’emplois», a affirmé le coordonnateur québécois de l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatial David Chartrand.

Il y a également le secteur de l’innovation et l’exportation. Les entreprises en aérospatiale investissent 1,8 milliard $ en recherche et développement, ce qui équivaut en moyenne à cinq fois plus que dans le secteur manufacturier, selon le Conseil du patronat du Québec.

Près de 80 % de la production de ces entreprises est exportée à l’étranger.

«Parmi le lot, Bombardier est une pierre angulaire», avait souligné le président du Conseil du patronat du Québec, Yves-Thomas Dorval alors qu'il réclamait dans une lettre ouverte l’aide du fédéral l’an dernier.