/sports/baseball/capitales
Navigation

Capitales de Québec: une passion exigeante

Le gérant des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini
PHOTO D'ARCHIVES, KARL TREMBLAY Le gérant des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini

Coup d'oeil sur cet article

Patrick Scalabrini confiait à la fin de la dernière saison qu’elle avait été la plus difficile de sa carrière d’entraîneur, pour toutes sortes de raisons. Avec encore plusieurs semaines d’hiver devant nous, le pilote des Capitales de Québec déborde pourtant d’enthousiasme.

La preuve, Scalabrini a le nez plongé dans les sites web de toutes les ligues d’hiver de baseball, aux quatre coins de la planète, à la recherche de la perle rare pour l’été prochain.

«Regarde la série des Caraïbes, tu vas probablement voir la prochaine grosse prise des Capitales», a-t-il lancé candidement en entrevue.

Aimer le baseball est une chose, suivre attentivement la série des Caraïbes en est une autre! Scalabrini fait visiblement partie de cette lignée d’entraîneurs qui ne veut rien laisser pour compte.

Le plein d’énergie

Malgré les apparences, Scalabrini n’est pas qu’un homme de balle. Père de deux jeunes enfants, il passe beaucoup de temps en compagnie de sa petite famille, surtout que des mois exigeants s’en viennent.

«Je vais chercher de l’énergie et du bonheur avec mes proches avant de débuter le marathon, image-t-il. Sans compter le sport-études que je vais chapeauter à l’Académie Saint-Louis l’automne prochain. Ce sera un autre bébé à s’occuper», ajoute le pilote, qui ficèlera le projet d’ici là.

Déjà impliqué auprès du programme collégial du cégep St. Lawrence, Scalabrini risque de manquer de temps à un certain moment.

«Nous sommes très heureux comme famille. Tout le monde est en santé. Quand même, je suis toujours tiraillé entre la volonté d’en donner plus à ma famille, mais aussi d’être davantage présent pour mes joueurs. Mentalement, c’est ça qui est difficile. Tu te sens toujours coupable d’un côté comme de l’autre», analyse-t-il.

Voilà probablement pourquoi Scalabrini était si déçu de perdre les services à temps plein de son adjoint Mike Provencher, sans oublier le départ de TJ Stanton l’an dernier, maintenant entraîneur à Trois-Rivières.

Les prochains jours serviront d’ailleurs à confirmer la nomination d’un nouvel adjoint, une personne qui ne joue plus au baseball et qui pourra se consacrer entièrement à ses tâches d’encadrement chez les Capitales.

À Jonquière

Par ailleurs, les Capitales et les Aigles de Trois-Rivières disputeront un match préparatoire au stade Richard-Desmeules de Jonquière en mai prochain.

L’information a été annoncée par «Le Quotidien».

Plus de détails seront dévoilés à la fin février.