/news/provincial
Navigation

Une première expropriation pour réaliser le SRB à Québec

La Ville mettra la main sur une bande de terrain le long du boulevard Charest Est

Pour les besoins du service rapide par bus (SRB), la Ville de Québec mettra la main sur une petite portion de 55 mètres carrés de
ce terrain longeant le boulevard Charest Est. Cette bande de terrain appartient à Camaco inc.
Photo Didier Debusschère Pour les besoins du service rapide par bus (SRB), la Ville de Québec mettra la main sur une petite portion de 55 mètres carrés de ce terrain longeant le boulevard Charest Est. Cette bande de terrain appartient à Camaco inc.

Coup d'oeil sur cet article

La première expropriation visant à permettre la réalisation du mégaprojet de service rapide par bus (SRB), à Québec, surviendra bientôt. Elle touchera une minuscule portion de terrain d’à peine 55 mètres carrés située à l’intersection des boulevards Charest Est et Langelier.

C’est ce qu’on apprend en lisant un sommaire décisionnel rendu public jeudi par la Ville de Québec. Dans l’exposé de la situation, on indique «qu’afin de répondre aux besoins d’espaces requis dans l’emprise de rue pour le tracé du SRB, la Ville doit acquérir une partie du lot 1 477 708 du cadastre du Québec».

Jusqu’à la fin 2015, ce lot était occupé par une station-service Irving. Dans le même document, on ajoute que «nous [les fonctionnaires municipaux] avons eu plusieurs discussions avec le propriétaire sans réussir à nous entendre sur les modalités d’achat». La recommandation entérinée par l’administration municipale est donc «l’acquisition de gré à gré ou par expropriation d’une partie du lot [en question]».

« Problème juridique »

La minuscule bande de terrain de 55 mètres carrés appartient à Camaco inc., compagnie administrée par le promoteur immobilier Jean Campeau et par sa conjointe Geneviève Marcon.

Interrogée par Le Journal, Mme Marcon a expliqué que sa compagnie est tout à fait prête à transiger de gré à gré avec la Ville. Une entente sur le prix serait même intervenue entre les parties.

D’après Mme Marcon, la Ville a malgré tout choisi la procédure de l’expropriation, parce que le terrain a appartenu à trois différentes compagnies par le passé. L’administration Labeaume cherchait surtout à «cleaner [nettoyer] les titres de propriété pour éviter un problème juridique», selon l’expression de l’administratrice.

Projet immobilier

Cette dernière a assuré que la perte de la minuscule bande ne nuit aucunement aux projets immobiliers de Camaco sur ce terrain. Fin 2015, Jean Campeau a évoqué un bâtiment de 30 unités avec un stationnement sous-terrain. Jeudi, Geneviève Marcon a précisé que ces plans ont passablement changé entre-temps. L’entreprise est en attente du vote du Programme particulier d’urbanisme (PPU) du secteur sud du centre-ville Saint-Roch avant de rendre publique la version actualisée de son projet.

Dans un ordre d’idées connexe, la Ville de Québec a également changé les conditions de vente – à l’Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ) – d’un terrain municipal situé au 1600, chemin de la Canardière. La municipalité va finalement se garder une bande d’une soixantaine de mètres carrés pour satisfaire aux besoins du SRB.

Service rapide par bus (SRB) à Québec et Lévis

  • Projet de 1,1 milliard $.
  • La première phase doit être complétée en 2022. La deuxième phase en 2025.
  • Le parcours s’étendra sur 43 km et comportera deux lignes.
  • La ligne est-ouest de 36,1 km ira du pôle D’Estimauville à la station Monseigneur-Bourget en passant sur le pont de Québec.
  • La ligne nord-sud de 6,9 km ira de la station du Grand Théâtre à la station de la 41e Rue.

Source : Ville de Québec