/opinion/columnists
Navigation

Je m’excuse, pas tant que ça

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, le député libéral Sklavounos a «plaidé coupable» d’être trop charmeur, la députée péquiste Martine Ouellet veut devenir chef du Bloc tout en restant sur le «payroll» de l’Assemblée nationale et un énième rapport nous confirme l’agonie du PQ. Voici mon top 3 de la semaine.

1. Gerry désolé
Photo Martin Chevalier

Gerry Sklavounos n’est donc coupable de rien, sauf d’être un «cruiseur».

Aveux candides, aux côtés de sa femme par-dessus le marché.

Mais pourquoi veut-il vraiment rester en politique?

Pourquoi pas le duo famille/bureau d’avocat tranquille dans le sous-sol?

Et est-ce que Couillard avait vraiment besoin de lui?

Des partielles sont toujours risquées, peut-être une raison pour laquelle les Rouges l’ont laissé se dépêtrer devant un tribunal populaire.

Il n’a commis AUCUN CRIME.

Le PQ se dit outré de son retour. Faudrait peut-être lui rappeler qu’en 1984, son cofondateur Gilles Grégoire était retourné au Salon bleu comme indépendant, après avoir été condamné pour... détournement de 7 FILLETTES! Lui, contrairement à Sklavounos, il avait fait de la prison.

2. Martine est aux deux
Photo Simon Clark

Vouloir être chef du Bloc, c’est un peu comme vouloir être gérant d’un Sears.

La marque est en déclin, les clients se font voir ailleurs.

Mais l’ego a ses raisons que la raison ne connaît pas.

Alors Martine Ouellet fera sa campagne pour diriger un parti fédéral en gardant sa job de députée, donc avec l’argent venant des poches de tout le monde.

Ça dit quoi?

Que le job de député est quasiment un passe-temps!

Tant qu’à y être, pourquoi ne pas siéger et travailler aussi comme courtier d’assurances? Ou comme barmaid le soir!

La légèreté de la tâche s’en trouve ainsi démasquée.

Sans compter le cynisme ambiant, qui vient de monter d’un cran.

3. Le PQ est une minoune
Photo Simon Clark

Paul St-Pierre-Plamondon nous a redit l’évidence: le PQ est déconnecté et vieillissant.

Quelqu’un ne le savait pas encore?

L’un des problèmes, c’est son attachement viscéral à la social-démocratie et aux syndicats.

Les deux ornières qui gardent la minoune dans le chemin, tout droit vers le mur.

Il ne fait rien pour attirer les plus conservateurs. En fait, il les méprise.

En plus d’avoir une relation tordue avec la capitale du «pays».

Ça part mal.

Une minoune qui rote, dont le carburateur toussote.

C’est ça qui est ça.